/news/cannabis
Navigation

La facture totale des dépenses de la SQDC double, pour atteindre 15,7 M$

Jour 2 de la légalisation : achalandage de la SQDC de Sainte-Foy
Photo d’archives, Dominique Lelièvre La direction de la Société québécoise du cannabis souhaite ouvrir 27 nouveaux points de vente d’ici la fin mars 2020. Sur la photo, celui de Sainte-Foy, en octobre dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Malgré le gel de ses projets d’expansion durant plusieurs mois, la Société québécoise du cannabis (SQDC) a vu la facture totale de ses dépenses depuis son lancement doubler au cours du dernier trimestre, pour atteindre 15,7 millions $.

C’est ce qu’on peut lire dans le dernier rapport financier de la Société des alcools du Québec (SAQ), l’organisation responsable de la SQDC. Entre octobre et janvier derniers, la SAQ a engagé des coûts de l’ordre de 7,7 millions $ pour le développement du réseau de la SQDC, soit 4,5 millions $ de plus que lors du trimestre précédent.

La SAQ a aussi agi comme fournisseur de services auprès de la nouvelle société d’État, notamment pour les finances, les communications et les services juridiques. La facture pour ses services a atteint 800 000 $. Cette somme a dû être payée en janvier dernier.

Dans un courriel, la direction de la SQDC précise que l’ensemble des sommes investies a servi pour « la location des 12 locaux, l’aménagement de ceux-ci, le développement ainsi que la mise en place de l’infrastructure T.I., la mise en ligne du site web transactionnel, la production de matériel éducatif et informationnel, le recrutement et la formation des employés ».

Elles ne comprennent toutefois pas les montants déboursés pour la masse salariale.

Rappelons qu’en octobre dernier, en raison du changement de gouvernement, la SQDC avait choisi de reporter de plusieurs mois tous ses projets d’expansion. Depuis, une seule succursale a ouvert ses portes, soit au mois de mars. Elle est située à Brossard. Une autre devrait ouvrir le 1er mai, à Joliette.

Écoutez Le bon plant une série balado sur le cannabis qui sort des sentiers battus, au-delà des idées préconçues.

Quant au nombre de travailleurs, il est demeuré relativement stable au cours du troisième trimestre. De 330, en octobre, l’organisation passait à 307 employés en janvier, selon une demande d’accès à l’information.

Pour les prochains mois, la SQDC a jusqu’à présent annoncé la signature de quatre nouveaux baux, à Sainte-Agathe-des-Monts dans les Laurentides, à Granby en Montérégie, à Montréal et à Gatineau. Ces établissements accueilleront leurs premiers clients au cours des prochaines semaines.

La direction vise l’ouverture de 27 nouveaux points de vente d’ici la fin mars 2020.

Avance de fonds

« La SAQ n’injecte aucun montant dans la SQDC », tient à préciser le porte-parole Fabrice Giguère. « Le montant de 14,9 M$ (sans les 800 000 $) sera remboursé par la SQDC, il s’agit d’une avance de fonds », poursuit-il.

Le total des sommes dues par la SQDC est inclus au poste « Comptes clients et autres débiteurs » de la SAQ, peut-on lire dans le rapport financier.

Au cours de ses trois premiers mois d’activité, la nouvelle société d’État a réalisé des ventes de 40 millions $. Dans son dernier budget, le gouvernement provincial estime que la SQDC sera en mesure de verser un dividende de 20 millions $ pour son année financière 2019-2020, et de 37 millions $ l’année suivante.

COÛTS DE LA SQDC

  • 1,8 million $ au cours du trimestre clos le 31 mars 2018
  • 2,2 millions $ au cours du trimestre clos le 23 juin 2018
  • 3,2 millions $ au cours du trimestre clos le 15 septembre 2018
  • 8,5 millions $ au cours du trimestre clos le 5 janvier 2019