/sports/football
Navigation

Thetford accueillera la 50e édition du Bol d’or

L’événement y sera présenté en 2019 et 2020

Coup d'oeil sur cet article

La troisième fois a été la bonne pour le Cégep de Thetford. Après des échecs en 2011 et 2014, les Filons de Thetford seront les hôtes du Bol d’or du 15 au 17 novembre prochain, à l’occasion du 50e anniversaire de l’institution collégiale.

L’entente prévoit que le Bol d’or sera de retour aussi en 2020 et une option est sur la table pour 2021.

Le RSEQ avait aussi reçu des candidatures des Géants de Saint-Jean-sur-Richelieu et des Stingers de Concordia. Le conseil d’administration a tranché lundi.

« C’est une très bonne nouvelle, a lancé le coordonnateur du développement des programmes sportifs, Stephen Cabana. Nos nouvelles installations construites pour plus d’un million $ ont été l’un de nos arguments pour obtenir le Bol d’or en région. Le caractère chaleureux et accueillant de notre population en est un autre, tout comme notre expérience dans l’organisation de gros événements comme les Jeux du Québec, qui ont eu lieu chez nous l’été dernier. »

« Les gens ont hâte de recevoir la visite, de poursuivre Cabana. La mobilisation est moins difficile en région. On veut faire du Bol d’or une fête. Il n’y a aucun doute qu’on va remplir et que ça va être un des Bols d’or dont les gens se souviendront le plus. On veut que les gens partent en se disant qu’ils ne vivront plus une telle expérience. On place la barre haute et on prend au sérieux l’organisation de l’événement. »

« Quant à ceux qui prétendent que nous sommes loin, la distance moyenne pour les 48 équipes susceptibles de prendre part à l’événement est de 204 km. On est pas mal plus central que ce que plusieurs pensent. Nous sommes à 104 km du pont de Québec et à 233 km du centre-ville de Montréal. »

Le choix final se posait entre Thetford et Saint-Jean-sur-Richelieu.

« Il s’agissait de deux très bonnes candidatures, mais le principe de rotation a été un facteur qui a fait la différence, a raconté le directeur général du RSEQ, Gustave Roel. On souhaite que le Bol d’or soit accessible à toutes les régions et on veut s’assurer d’une diversité. »

L’intérêt de Concordia

Roel a salué l’intérêt de Concordia. « Avec la venue d’un nouvel entraîneur-chef (Brad Collinson), on remarque un changement de culture, a indiqué Roel. Les Stingers sont plus portés sur le Québec et ils veulent contribuer au développement du football québécois. C’est intéressant. Il y avait toutefois des lacunes sur le plan des vestiaires disponibles et des terrains de pratique. L’achalandage au Complexe Claude-Robillard l’an dernier nous a prouvé qu’il n’est pas nécessaire qu’on tienne absolument le Bol d’or à Montréal. »