/news/green
Navigation

Le fulgore tacheté pourrait faire son apparition au Québec

Le fulgore tacheté pourrait faire son apparition au Québec
Capture d'écran, TVA Nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

Des mesures pour empêcher la prolifération d’un insecte ravageur et envahissant en provenance de la Pennsylvanie ont été prises pour éviter qu’il fasse son apparition au Québec.

Il pourrait s'introduire par le transport de marchandises. Les camionneurs qui se rendent dans les zones infestées ont d’ailleurs été sensibilisés au phénomène et aux risques.

L'Agence canadienne d'inspection des aliments le considère comme une menace potentielle pour les industries viticole, forestière et les arbres fruitiers. Le fulgore tacheté a été ajouté sur la liste des parasites réglementés au pays en 2018 dans le but d'empêcher son introduction.

L’insecte est aussi connu sous le nom anglais de Spotted Lanternfly. Il est arrivé d'Asie.

Le fulgore tacheté se distingue de tout autre insecte présent au Québec par son apparence. Les adultes mesurent approximativement 25 mm de longueur et 12 mm de largeur. La coloration des ailes est unique.

Les ailes antérieures sont brun ou gris clair avec des points noirs dans leur portion basale et des bandes foncées formant des mouchetures dans leur portion apicale. Les ailes postérieures sont rouges avec des points noirs dans leur portion basale et des bandes blanches et noires dans leur portion apicale. L'abdomen est jaune avec des rayures horizontales noires.

Formation requise

À compter du 1er mai, les camionneurs qui font des livraisons ou récupèrent des marchandises dans les zones infestées de cet état du nord-est des États-Unis devront avoir suivi une formation sur le web afin qu'ils puissent détecter leur présence et connaître les manières de le détruire.

Ils devront posséder un permis et certificat attestant cette conformité sous peine d'amendes sévères.

Le Fulgore tacheté a été détecté pour la première fois en 2014 en Pennsylvanie. Au moins 13 comtés de la Pennsylvanie en sont infestés. Depuis 2017, la présence de cet insecte a été remarquée dans des états voisins comme ceux de New York, du New Jersey, de la Virginie et du Delaware.

Une femelle peut pondre de 30 à 50 oeufs du coup. Ses larves sont extrêmement dommageables pour les arbres fruitiers.