/sports/hockey
Navigation

L’Océanic n’a pas fait le poids face aux Huskies

Rouyn-Noranda complète le balayage à Rimouski avec une victoire de 6 à 3

Les Huskies ont déjoué six fois le gardien Tristan Bérubé. Sur la séquence, Patrik Hrehorcak a provoqué l’impasse 2-2 en première période.
Photo Roby St-Gelais Les Huskies ont déjoué six fois le gardien Tristan Bérubé. Sur la séquence, Patrik Hrehorcak a provoqué l’impasse 2-2 en première période.

Coup d'oeil sur cet article

RIMOUSKI | Deux buts rapides de Joël Teasdale et de Félix Bibeau en début de troisième période ont assommé l’Océanic de Rimouski qui a été incapable d’éviter le balayage en demi-finale aux dépens des Huskies de Rouyn-Noranda, mercredi soir.  

Les équipiers de Serge Beausoleil, privés du Russe Dmitry Zavgorodniy, ont rendu les armes à l’issue d’une quatrième bataille chaudement disputée devant 3298 amateurs au Colisée Financière Sun Life où ils ont été défaits par la marque de 6-3. À l’année prochaine !   

Les Huskies ont déjoué six fois le gardien Tristan Bérubé. Sur la séquence, Patrik Hrehorcak a provoqué l’impasse 2-2 en première période.
Photo Roby St-Gelais

Meilleure équipe au Canada en saison régulière, les Huskies feront donc les frais de la finale de la coupe du Président pour une deuxième fois en quatre printemps, eux qui avaient soulevé le précieux trophée en 2016. Ils jetteront maintenant un œil à l’autre série du carré d’as, qui est menée 3-1 par les Mooseheads de Halifax sur les Voltigeurs de Drummondville, pour connaître leurs adversaires de la ronde ultime.  

«Oui, on a gagné en quatre, mais a ça été des batailles chaque match. Ça n’a pas été facile du tout. On a été opportunistes dans les bons moments et c’est pour ça que ça a fini en quatre matchs. On s’est levés dans les grands moments et c’est ça qui a fait un peu la différence», a souligné Bibeau, qui a scié les jambes des locaux avec son deuxième du jour pendant que le capitaine rimouskois, Charle-Edouard D’Astous, réfléchissait au banc des pénalités au coup de bâton qu’il avait asséné à un rival au son de la cloche, en deuxième.  

«Tu veux toujours, dès que tu as une chance de mettre fin à une série, de pouvoir le faire, c’est un moment important. Même si c’est 3-0, tu perds, ça devient 3-1 et tu retournes chez vous où tu as la pression de ne pas vouloir revenir ici. De finir la série contre Victoriaville en quatre a été très salutaire pour nous et ça va l’être encore», a reconnu l’entraîneur des Huskies, Mario Pouliot, heureux que sa défensive ait tenu au silence les gros canons adverses.  

Beausoleil ne s’est pas défilé par rapport à la pénalité de son capitaine qui a couté cher. «C’est une mauvaise pénalité. Ça change le match. Ce sont des choses faites dans l’émotion. On n’est pas à l’heure de chercher des coupables», a-t-il toutefois tempéré.    

Teasdale avait marqué le quatrième succès des siens dès la 20e seconde du troisième tiers alors que les deux équipes évoluaient à quatre contre quatre, but qui s’est avéré crucial.    

Les Huskies ont déjoué six fois le gardien Tristan Bérubé. Sur la séquence, Patrik Hrehorcak a provoqué l’impasse 2-2 en première période.
Photo Roby St-Gelais

Dans le coup  

Si le pilote de l’Océanic avait appelé ses meilleurs soldats à se lever après la sortie difficile de mardi soir, certains ont répondu présents hier. Alexis Lafrenière a notamment permis à la bande vêtue en bleu marine de tenir son bout pendant 40 minutes avec un but et une passe, lui offrant même l’avance 2-1 à un certain moment.  

Déterminés à en finir, les visiteurs ont créé l’égalité chaque fois que l’Océanic a pris les devants. Cette machine bien huilée n’a pas perdu depuis le match quatre contre Shawinigan au premier tour. Depuis, elle a signé huit gains de suite et réussi deux coups de balai !  

«C’est une équipe redoutable l’autre bord. Quand le match a été sur la barre, ils ont réussi à trouver le moyen d’aller chercher les gros buts en début de troisième. Ça nous a mis le match à hors de portée», a réagi le mentor de l’Océanic.    

Venu en relève à Colten Ellis deux fois lors des trois rendez-vous précédents, Tristan Bérubé avait été délégué devant la cage bas-laurentienne, lui qui a repoussé 28 des 34 rondelles auxquelles il a fait face. En matinée, Beausoleil avait entretenu le mystère avec les membres de la presse sur l’identité de son partant.  

En vitesse  

Beausoleil et Pouliot ont enterré la hache de guerre en se donnant la main et les deux hommes ont rappelé qu’ils éprouvaient beaucoup de respect l’un pour l’autre en points de presse... Les vétérans de 20 ans D’Astous, Olivier Garneau et Jimmy Huntington ont mis un terme à leur carrière junior à la suite de cette élimination. «Une défaite dans cette ronde-ci, ça fait mal. Les trois, nous sommes des gagnants, et on aurait aimé ça toucher au trophée. En général, on peut être fiers de ce qu’on a accompli dans cette ligue», a résumé D’Astous.