/news/green
Navigation

Inondations: scène impressionnante sur la 40

Les autorités ne pensent pas que l’autoroute sera submergée par l’eau d’ici les prochains jours, mais...

Coup d'oeil sur cet article

LOUISEVILLE | Bien que les images saisissantes à vol d’oiseau de l’autoroute 40 bordée d’eau, en Mauricie et dans Lanaudière, fassent craindre le pire, les autorités, elles, se font rassurantes. 

L’autoroute reste sous haute surveillance, mais aucune fermeture n’est prévue dans les prochains jours. 

« C’est impossible ! Ça n’arrivera pas », a lancé au Journal le conseiller en sécurité civile en Mauricie et au Centre-du-Québec, Bernard Létourneau, bien qu’il admet que le niveau de l’eau du lac Saint-Pierre soit « anormalement haut ». 

Hier matin, il s’élevait à 3,68 mètres et il pourrait atteindre 3,75 m aujourd’hui, en raison de la pluie attendue. 

Patrouilles de surveillance 

Des patrouilleurs qui surveillent le niveau de l’eau sur la route sillonnaient le secteur, hier, a confirmé Émilie Lord, porte-parole au ministère des Transports du Québec. 

Des agents de la Sûreté du Québec suivent également la situation de près. 

« On est au courant de la situation et tout est sous contrôle. Les usagers peuvent continuer de circuler sans inquiétude », assure Mme Lord. 

Plan de déviation 

Le gouvernement de François Legault se dit prêt, lui aussi, advenant le cas où l’autoroute 40 est inondée par les crues printanières. 

« On a un plan pour la 40 et on a un plan dans chaque région. On a agi beaucoup plus à l’avance que par les années précédentes. Du côté de la 40, on a un plan de déviation, évidemment, et on espère ne pas se rendre là », a affirmé le premier ministre, lors d’une mêlée de presse à Rivière-du-Loup, dans le Bas-Saint-Laurent. 

800 militaires 

Il a aussi rappelé que 800 militaires étaient déployés sur le terrain et que d’autres étaient disponibles. 

Des soldats de l’armée canadienne s’affairaient d’ailleurs, hier après-midi à Louiseville, en remplissant des sacs de sable et en prêtant main-forte aux résidents inondés qui se déplaçaient en bateau.