/news/society
Navigation

Un autre dédommagement pour 150 sinistrés

Coup d'oeil sur cet article

Plus de 150 sinistrés épuisés se sont présentés mercredi soir à Beauceville à une énième rencontre d’information sur le programme d’aide financière du gouvernement du Québec.

La salle pleine à craquer était d’ailleurs trop petite pour accueillir tous les citoyens touchés par deux inondations majeures en une semaine. Le nombre de résidences endommagées est également plus élevé cette année. Dans une ambiance calme, le ton n’a pas monté.

« En 1957, l’eau était dans l’église. Des débâcles, tu ne sais jamais quand ça arrive. En 1984, le maire m’avait garanti que l’eau ne monterait pas là. À mon âge, le meilleur est passé, mais j’aimerais peut-être m’en aller », a avoué Joseph Poulin, âgé de 85 ans.

Pour les propriétaires, Québec propose une allocation qui prévoit un montant cumulatif de 100 000 $ en réclamations. Une fois ce montant atteint, Québec offrira aux sinistrés jusqu’à 200 000 $ pour les inciter à déménager. Les autorités veulent aussi interdire les reconstructions en zones inondables.

« Ça se répète. On ne peut pas s’en aller. C’est pas comme ça que ça marche. Avant d’avoir la valeur de ma maison en dégâts, je vais être morte. Si on me donne 100 000 $, je m’en vais, c’est certain », a ajouté une autre sinistrée de 65 ans.

Plus vite

Cette semaine, la ministre Geneviève Guilbault a promis un nouveau programme plus efficace qui permet de réduire le traitement des réclamations des sinistrés.

« J’ai pu m’inscrire pour mon rendez-vous. Ça me surprend que l’aide soit si admissible cette année. Et le laps de temps sera plus rapide », s’est réjoui Richard Senechal, un locataire.

Avec une aide de « dernier recours », les sinistrés pourront recevoir une première avance dans les prochains jours.

Malgré l’avis contraire du gouvernement du Québec, la municipalité de Beauceville a décidé d’exclure les médias de cette séance d’information publique mercredi soir.

Les commerçants de Beauceville, qui ont tous été inondés ou presque, sont attendus jeudi soir pour une rencontre semblable.