/sports/baseball/capitales
Navigation

Capitales: un effectif revampé qui plaît à Scalabrini

La formation québécoise accueille plusieurs nouveaux visages pour sa 21e saison

Le président Michel Laplante, le lanceur Karl Gélinas et le gérant Patrick Scalabrini sont emballés par les nombreux changements pour 2019, tant sur le terrain que dans les gradins pour les amateurs.
Photo Stevens Leblanc Le président Michel Laplante, le lanceur Karl Gélinas et le gérant Patrick Scalabrini sont emballés par les nombreux changements pour 2019, tant sur le terrain que dans les gradins pour les amateurs.

Coup d'oeil sur cet article

Chaque année, à l’aube de la nouvelle saison de baseball des Capitales de Québec, le gérant Patrick Scalabrini répète que sa satisfaction sera basée sur la conquête d’un championnat éliminatoire à l’issue du calendrier. S’il a livré un discours semblable, jeudi, c’est avant tout dans l’optique de soigner la plaie toujours ouverte, en lien avec la déchirante défaite en finale de septembre dernier.

Scalabrini a eu un hiver occupé, remodelant une grande partie du visage de la formation de la Ligue Can-Am de baseball indépendant qui s’est inclinée en quatre matchs sur un circuit décisif, en fin de neuvième manche, contre les Miners de Sussex County lors des dernières séries.

« Oui, c’est ce qu’on vise [le championnat], mais il faut être réaliste : on a un alignement de 22-23 joueurs, on est à une ou deux blessures à un joueur clé de devenir une équipe plus ordinaire [...] Si tout va bien, c’est vraiment ce qu’on souhaite, et ce serait une petite déception en fin de compte [de ne pas gagner].

« Il y a plusieurs équipes très fortes dans la Ligue sur papier. À Trois-Rivières, T.J. [Stanton] a fait tout un boulot pour signer de gros joueurs, et Sussex est encore très fort sur papier. Ce sera intrigant à voir », a mentionné le gérant, en marge du lancement des activités saisonnières du club qui loge au Stade Canac.

Un défi

Les dernières semaines ont été chargées sur le plan du recrutement pour Scalabrini. À preuve, seuls quatre joueurs qui avaient amorcé la saison 2018 dans la Vieille Capitale seront de retour pour cette 21e saison.

Des quatre vétérans occupant un casier dans le vestiaire, trois enfileront l’uniforme à rayures bleues pour la première fois de leur carrière.

Le partant Scott Richmond, qui a lancé 169 manches avec les Blue Jays de Toronto entre 2008 et 2012, et le releveur Dustin Molleken, qui a brièvement joué avec les Tigers de Detroit, seront les têtes d’affiche parmi les vétérans, en compagnie du Québécois Karl Gélinas et du voltigeur Tyson Gillies.

Scalabrini estime que la présence de ces quatre joueurs canadiens aidera à cimenter l’esprit d’équipe rapidement.

« J’ai bâti beaucoup l’équipe en pensant à ça cette année parce que, oui, l’équipe change beaucoup année après année, mais le noyau demeure et les vétérans reviennent souvent [...]. Là, on ne les a pas, nos vétérans ont changé complètement, sauf Karl qui est de retour. C’était important pour moi d’aller chercher des gars en qui j’aurais confiance dans la chambre du point de vue du leadership », a-t-il observé avec sa grosse bague du championnat 2017 au doigt.

Et les Québécois ?

La présente édition ne compte que sur un joueur issu de la province en Gélinas, lequel entamera sa 17e campagne au niveau professionnel et sa 13e à Québec.

« Il y en a plusieurs très bons dans les collèges et dans les ligues mineures. J’ai l’impression qu’on est à la fin du creux de vague de bons joueurs québécois qui ont joué au niveau professionnel et qui pourraient nous être disponibles. Il y a des gars qui vont terminer leur carrière collégiale en mai et en juin, et on souhaite en avoir pendant l’été », a assuré Scalabrini.

 

Deux nouveaux Cubains... si la paperasse se règle

Si leurs visas sont livrés à temps, deux joueurs cubains feront partie des nouveaux venus des Capitales lors du lancer inaugural, le 17 mai prochain, à Trois-Rivières.

Le gérant Patrick Scalabrini a refroidi quelque peu les ardeurs quant à l’arrivée prochaine de l’artilleur Vladimir Garcia, puis du premier-but et voltigeur Stayler Hernandez, précisant qu’il restait des formalités à régler avec les autorités du baseball cubain. Aussi natif de l’île socialiste, l’arrêt-court Yordan Manduley disputera quant à lui une cinquième saison avec les Capitales.

« Notre relation est excellente avec eux et ils ont toujours livré la marchandise. J’ai bon espoir que ce sera le cas, mais on ne veut pas brûler les étapes. Les visas ne sont pas prêts, mais ça regarde très bien », a révélé le patron des opérations baseball.

Semaines d’absence

Scalabrini n’a pas hésité à poursuivre le partenariat entre les deux entités, bien que le trio s’en ira quelques semaines au mois de juillet en prévision de sa participation aux Jeux panaméricains du 26 juillet au 11 août, à Lima, au Pérou.

Garcia a brillé avec la formation nationale à la Série des Caraïbes, tandis que Hernandez ajoutera du mordant à l’offensive québécoise, lui qui a terminé au sommet des circuits avec 19 dans la Série nationale cubaine.

« Le fait qu’il me manquait un peu de punch et que je ne trouvais rien après les libérations, j’ai décidé d’aller chercher un troisième Cubain. Je préfère aller chercher des joueurs de très grande qualité, quitte à les perdre quelque temps. La clé, c’est qu’ils seront de retour pour les séries », a expliqué le gérant, qui est de retour dans l’abri pour une dixième saison.

Le camp d’entraînement s’ouvrira le 5 mai avec les tests médicaux et s’étirera sur une dizaine de jours sur la surface synthétique du Stade Canac. Au menu : trois matchs hors-concours, dont celui du 11 mai à Sainte-Marie en Beauce contre Trois-Rivières.

Des nouveautés

En plus de la baisse de prix dans les concessions alimentaires qui a été annoncée précédemment, l’organisation a annoncé l’installation au champ centre d’une troisième caméra pour la webdiffusion de ses matchs locaux.

De plus, un espace de restauration avec service aux tables sera aménagé près du troisième coussin.