/news/politics
Navigation

Fonds octroyés par la CCNQ: la subvention accordée au Collège de Champigny dénoncée

Fonds octroyés par la CCNQ: la subvention accordée au Collège de Champigny dénoncée
Photo d'archives, Jean-François Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

Québec solidaire, qui réclame que l’État cesse de subventionner les écoles privées confessionnelles, dénonce les 100 000 $ injectés par la Commission de la capitale nationale du Québec (CCNQ) dans l’illumination du Collège de Champigny, à Québec.

L’annonce faite mercredi par la vice-première ministre et ministre responsable de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault, ne fait visiblement pas l’unanimité.

«Je pense que Mme Guilbault devrait se donner la peine d’aller visiter les écoles sur le terrain pour voir c’est quoi l’ampleur des besoins et peut-être qu’elle remettrait en question la pertinence d’octroyer des fonds pour ça», a réagi la députée de Québec solidaire, Christine Labrie.

La députée de Québec solidaire, Christine Labrie
Photo d'archives, Simon Clark
La députée de Québec solidaire, Christine Labrie

Cinquantième anniversaire ou pas, «ce n’est pas aux citoyens et aux citoyennes de payer pour illuminer le bâtiment d’une école privée», martèle la porte-parole du 2groupe d’opposition en matière d’éducation.

Une «incohérence» avec la laïcité

Il y a quelques jours, la députée solidaire de Sherbrooke avait soulevé une «incohérence» entre le projet de loi sur la laïcité de CAQ et le fait que les écoles privées confessionnelles soient largement subventionnées.

Il s’adonne que le Collège de Champigny, située sur la route de l’Aéroport à Québec en est une. Sur son site internet, le collège fondé en 1969 fait d’ailleurs valoir dans son projet éducatif «l’héritage transmis par les Frères du Sacré-Cœur» et mentionne que «les membres du personnel poursuivent cette tradition éducative en inculquant les valeurs humaines et chrétiennes auprès de la population étudiante».

Mme Labrie estime donc que la subvention annoncée par Mme Guilbault incarne «une incohérence de plus».

Réactions vives

Les réactions ont aussi été vives sur les réseaux sociaux. Nombreux sont ceux qui en ont profité pour rappeler l’état déplorable de plusieurs écoles publiques et le manque d’espace qui force certaines commissions scolaires à aménager des classes temporaires dans des roulottes.

Stéphane Vigneault, coordonnateur du Mouvement L'école ensemble, qui milite contre le financement des écoles privées par l’État, dit avoir «eu un haut-le-cœur» en prenant connaissance de cette annonce.

«Quand on sait que les contribuables québécois payent 79 % de la facture d'un élève du privé subventionné, ce 100 000 $ d'ampoules, c'est vraiment comme si le gouvernement faisait exprès de tourner le fer dans la plaie», a réagi M. Vigneault.