/news/provincial
Navigation

Année record pour les investissements publics: les milliards pleuvent sur la région de Québec

Quebec
Photo d'archives, Stevens LeBlanc Des entraves sur Henri-IV en mars dernier. Ce chantier a représenté le principal investissement dans la région de Québec en 2018.

Coup d'oeil sur cet article

Ce ne sont pas les billets verts qui ont manqué dans la région de Québec en 2018. Les investissements non résidentiels se sont élevés à 3,5 milliards $. Et c’est le secteur public qui s’est montré le plus dépensier avec des sommes records.   

C’est ce que révèlent des données de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) regroupées par Québec International dans une analyse du marché de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec.   

Ces investissements représentent une augmentation de 3,1 % par rapport à 2017.   

Lorsqu’on compare l’argent déboursé l’an dernier entre le privé et le public, ce dernier a connu une année record de 1,9 milliard $ (+4,2 %).   

Pendant ce temps, du côté des joueurs privés, les investissements ont atteint 1,6 milliard $ (1,7 %.).   

Fait intéressant, en 2018, le secteur public a généré 56 % de l’ensemble des investissements, tandis qu’il représentait 50 % en 2015.   

Relativement aux chantiers en cours durant la dernière année, on peut penser au projet de 277 millions $ de l’aéroport de Québec, à l’agrandissement de l’hôpital de l’Enfant-Jésus, à la réfection de nombreux tronçons routiers, à la construction de l’usine pharmaceutique d’Endoceutics et à la revitalisation du centre commercial Laurier Québec.   

Selon Québec International, les sommes injectées par le secteur public devraient continuer de croître au cours des prochaines années.   

L’agence de développement économique rappelle, entre autres, que la construction du système de transport en commun structurant de Québec gonflera les chiffres.   

Pour le secteur privé, la courbe de croissance devrait pointer dans le même sens, alors que plusieurs projets à venir ont été annoncés, notamment «dans le transport maritime et dans l’énergie [Énergie Valero]». Le développement immobilier de 755 millions $ du complexe Le Phare aura aussi un impact sur les dépenses.   

Forte croissance  

C’est le secteur de la construction – projets de bâtiments et travaux de génie – qui a généré la plus forte croissance (+6 %) l’an dernier avec des investissements de l’ordre de 2,2 milliards $.   

Le reste des sommes, soit 1,3 milliard $, provient d’investissements réalisés par des compagnies pour acquérir du matériel et de l’outillage.   

Par exemple, l’entreprise APN, spécialisée dans la fabrication de pièces de haute précision pour les secteurs de la défense, de l’aéronautique et du transport, a réalisé l’achat de robots collaboratifs.   

Selon Québec International, cette catégorie d’actifs devrait bondir au cours des prochaines années, en raison notamment de la construction du centre de distribution automatisé de La Maison Simons dans l’Espace d’innovation Chauveau.   

Aussi, «la transition progressive des entreprises vers le manufacturier 4.0 pourrait représenter une vague d’investissements» pour l’acquisition de nouveaux outils.   

12,7 G$  

Pour la prochaine décennie, Québec International a dénombré plus de 200 projets non résidentiels en cours ou qui ont été annoncés dans la RMR de Québec. Ces investissements sont évalués à plus de 12,7 milliards $.   

Quant au secteur résidentiel, en 2018, il a généré des investissements de l’ordre de 2,2 milliards $, soit une augmentation de 10,6 % par rapport à l’année précédente.   

Les principaux projets en 2019   

450 Millions $   

  • Élargissement de l’autoroute Henri-IV      

245 Millions $   

  • Construction du complexe de recherche et de production de Medicago      

130 Millions $   

  • Phase 3 – promenade Samuel-De Champlain      

80 Millions $   

  • Construction d’un complexe pharmaceutique d’Endoceutics      

60 Millions $   

  • Modernisation du centre commercial Laurier      

►Note : Les projets en cours ou dits «actifs» sont comptabilisés dans le 3,5 G$, selon le montant de l’investissement annuel.  

Source : Québec International