/sports/racing
Navigation

De bons souvenirs pour Lance Stroll

4e étape du Championnat du monde de F1

Lance Stroll
Photo courtoisie, Racing Point

Coup d'oeil sur cet article

Lance Stroll et Sergio Perez peuvent se vanter d’avoir été les seuls pilotes, autres que les porte-couleurs des trois écuries de pointe du plateau (Mercedes, Ferrari et Red Bull), à avoir accédé au podium en F1 au cours des deux dernières années.

Et cet exploit a été réalisé dans les rues de Bakou à l’occasion du Grand Prix d’Azerbaïdjan.

C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme que les deux coéquipiers de l’écurie Racing Point (ex-Force India) vont s’y présenter en fin de semaine pour cette quatrième étape de la saison 2019.

« Je suis très motivé », a indiqué d’entrée de jeu le pilote québécois de 20 ans, qui est monté sur le podium pour la première (et seule) fois de sa carrière en 2017.

Au volant de sa Williams, il s’était classé au troisième rang, non sans avoir cédé la deuxième place à Valtteri Bottas à quelques mètres de l’arrivée.

« Je n’ai que de bons souvenirs de Bakou, a renchéri Stroll. C’est un tracé qui m’a toujours souri. J’y ai décroché mon premier podium et inscrit quatre points en terminant huitième l’an dernier. »

Saisir sa chance

Perez, lui, a fait encore mieux à bord de sa Force India, une monoplace qui a toujours été à l’aise à Bakou. Il est d’ailleurs le seul pilote du plateau à compter deux présences sur le podium à cet endroit, grâce à ses deux troisièmes places acquises en 2016 et en 2018.

Il s’agira de la quatrième présence de la F1 sur ce circuit urbain. À son année d’inauguration, en 2016, cette épreuve portait le nom de Grand Prix d’Europe.

« J’aime les circuits de ville comme Bakou, a souligné Stroll. Il y a beaucoup de virages serrés, des sections vraiment rapides et surtout des murs à proximité. Il faut jouer d’audace et profiter des ouvertures devant soi. »

En 2017, le Québécois avait été louangé pour avoir été l’un des seuls pilotes à ne pas avoir commis d’erreur pendant son parcours.

« Il faut savoir saisir sa chance, a-t-il reconnu. Une gaffe, si minime soit-elle, peut causer votre perte. »

Course folle

Le Grand Prix d’Azerbaïdjan a été l’une des épreuves les plus spectaculaires de la saison 2018.

Il a été notamment marqué par l’accrochage au 40e tour impliquant Max Verstappen et de Daniel Ricciardo, alors coéquipiers chez Red Bull, et par la bourde de Romain Grosjean qui a encastré sa Haas dans le mur pendant que la voiture de sécurité ralentissait le peloton.

Et n’eût été une bête crevaison provoquée par un débris sur la piste à moins de trois tours de la fin, Bottas aurait sans doute remporté sa seule victoire l’an dernier en F1.

Cette déveine a profité à son coéquipier Lewis Hamilton, qui a signé son premier succès de la saison.