/lifestyle/food
Navigation

La semaine du cidre du Québec: le nectar de pommes à l’honneur

Plus de 170 événements, notamment de nombreuses dégustations, 
se dérouleront aux quatre coins du Québec­­­, du 27 avril au 5 mai.
Photo courtoisie, La semaine du cidre du Québec Plus de 170 événements, notamment de nombreuses dégustations, se dérouleront aux quatre coins du Québec­­­, du 27 avril au 5 mai.

Coup d'oeil sur cet article

Du 27 avril au 5 mai, la province tout entière vivra au rythme de la troisième édition de la Semaine du Cidre du Québec. L’occasion parfaite pour les Québécois de se familiariser un peu plus avec les cidres d’ici, des produits 100 % locaux, accessibles et étonnamment variés, mais encore trop méconnus.

Saviez-vous qu’il existe cinq types de cidres au Québec, le cidre tranquille, le cidre effervescent, le cidre de feu, le cidre rosé, et enfin, le fameux cidre de glace ? Ou encore qu’il est possible de faire des accords mets-cidres ou des cocktails à base de cidre ?

Encore trop méconnu par rapport à la bière ou au vin, le cidre du Québec veut faire mousser sa popularité ! Pour ce faire, les Producteurs de cidre du Québec ont lancé il y a trois ans leur Semaine­­­ du Cidre. Une semaine qui prend de plus en plus d’ampleur. « La première Semaine a été organisée un peu à la va-vite, relate Marc-Antoine Lasnier, président des Producteurs de cidre du Québec. La deuxième édition, l’année dernière, a été un véritable succès, avec plus de 120 événements. Cette année, nous sommes déjà à plus de 170 événements, et cela ne cesse d’évoluer sur notre plateforme interactive ! »

Le président, lui-même producteur de cidre, se félicite de la diversité des événements qui seront proposés dans des cidreries, des restaurants, des bars et chez des détaillants : des dégustations de cidres, bien évidemment, mais également des accords mets-cidres ou encore des rencontres avec les producteurs.

Le but est de faire connaître et démocratiser ce produit local.

Nouvelles générations

Comment expliquer la faible popularité du cidre, un produit pourtant facile à boire et accessible ? « Le cidre a été interdit pendant près de 50 ans au Québec, entre 1921 et 1970, explique Marc-Antoine Lasnier. Puis, dans les années 1970, il avait mauvaise réputation, car la qualité n’était pas toujours au rendez-vous. Aujourd’hui, la qualité est bien établie. »

Marc-Antoine Lasnier se réjouit que le cidre rejoigne les nouvelles générations, les 20-40 ans qui aiment déguster des produits artisanaux qui ont une histoire. « Tous les cidres québécois sont faits au Québec, avec des pommes québécoises. »

Le Québec est en plus reconnu comme étant le pionnier et le leader du cidre de glace. Alors, pourquoi s’en priver ?


► Consultez la carte interactive sur cidreduquebec­­­.com pour accéder à tous les événements.