/news/politics
Navigation

Véronyque Tremblay se défend d’avoir caché la vérité aux électeurs

Veronyque Tremblay
Photo Jean-François Desgagnés Veronyque Tremblay
DG du PLQ

Coup d'oeil sur cet article

Même si un document officiel laisse croire le contraire, la nouvelle DG du PLQ et ex-ministre déléguée aux Transports, Véronyque Tremblay, se défend d’avoir caché aux électeurs que la livraison du nouveau pont de l’Île-d’Orléans était reportée à la fin de 2027.

Quelques semaines après avoir été nommé ministre des Transports, l’automne dernier, François Bonnardel a annoncé la mauvaise nouvelle en accusant du même coup les libéraux d’avoir « caché » à la population que le pont serait livré avec trois ans de retard.

En date du 1er septembre

« Ce n’est pas une information que j’ai cachée, ça, je peux vous le dire », a assuré la nouvelle directrice générale du Parti libéral du Québec à notre Bureau parlementaire, au lendemain de l’annonce de sa nomination.

Un « échéancier en date du 1er septembre 2018 » produit par son ancien ministère indique pourtant clairement que la « mise en service du nouveau pont » était dès lors prévue pour la « fin 2027 ».

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

« Honnêtement, on était en campagne électorale, et moi, non, je n’ai pas eu ça », a indiqué Mme Tremblay, après avoir consulté le document obtenu par notre Bureau parlementaire, en réponse à une demande d’accès à l’information.

« Je dis la vérité »

L’ex-ministre a toutefois rappelé qu’elle avait déjà reconnu que le projet annoncé en 2015 accusait plusieurs mois de retard. Le Journal avait notamment rapporté, bien avant les élections, que certains appels d’offres avaient dû être repris, d’autres carrément annulés.

« Est-ce qu’il y avait un retard ? Oui, je l’avais déjà dit : c’est vous qui aviez sorti l’article, puis j’avais admis qu’il y avait un retard de 18 mois, a déclaré Mme Tremblay. J’avais dit qu’on allait tout faire pour rattraper le temps perdu. [...] Je dis la vérité à mon monde. »

Mme Tremblay, qui avait confirmé à l’époque qu’il y avait « des petits retards pour les appels d’offres », avait toujours maintenu le respect de « l’échéancier de 2024 ».

En revanche, celle qui est de retour en politique active six mois après avoir été délogée du comté de Chauveau doute que la Coalition avenir Québec dise toute la vérité sur les projets de 3e lien et du remplacement du pont de l’Île-d’Orléans, qui sont désormais sous la gouverne du même bureau de projet.

« Comment on peut faire pour amorcer un projet comme le 3e lien en brûlant toutes les étapes, si rapidement, et retarder ça ? », a-t-elle questionné.