/news/politics
Navigation

Reconstruction d’une école en zone non inondable à Scott: des parents attendent l’autorisation du ministre Roberge

Coup d'oeil sur cet article

SCOTT | Près de 200 parents de Scott ont lancé un message clair au ministre de l’Éducation vendredi soir afin d’obtenir rapidement l’autorisation de construire une nouvelle école primaire pour remplacer celle partiellement détruite par les inondations.

Lors d’une réunion avec les autorités, les parents ont réclamé que leur dossier urgent passe par la « voie rapide » au gouvernement du Québec. Le projet de 18 M$ à Scott comprend 21 classes. Les élus sont présentement à l’étude des crédits.

Désuète, surpeuplée, inondée et contaminée par l’eau, l’école accueillera quand même des enfants aux étages supérieurs, d’ici la fin de l’année scolaire, lorsque le nettoyage sera terminé.

D’autres enfants finiront l’année au centre des loisirs et certains suivront leurs cours à l’hôtel de ville. À l’école l’Accueil, les enfants devront sortir à l’extérieur pendant au moins quelques jours pour accéder aux toilettes du gymnase.

Un défi pour Noël

Des parents inquiets n’en reviennent pas. L’école sera encore fermée lundi, mais pourrait ouvrir ensuite. « Si je ne peux plus l’envoyer là, je fais quoi ? » a mentionné un père préoccupé par la qualité de l’air.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

« Pas besoin de sortir dans la rue avec des pancartes. Je fais des appels tous jours », a assuré le député de Beauce-Nord, Luc Provençal.

Martin Gagné a même lancé le défi de pouvoir ouvrir la nouvelle école pour Noël prochain. « Rien n’est impossible, on peut espérer », a répondu le député caquiste. « Je vous souhaite une belle école. Vous la méritez », a aussi affirmé le directeur général de la Commission scolaire de la Beauce-Etchemin, Normand Lessard. Personne n’a toutefois pu fournir un échéancier pour les prochains mois, mais le personnel de l’école a été chaudement applaudi pour les petits miracles réalisés avec trop peu de moyens.

Plus tôt cette semaine, le ministre Jean-François Roberge a dit avoir un « préjugé favorable » pour la reconstruction de l’école en zone non inondable.