/sports/others
Navigation

Série mondiale de plongeon: le duo Jennifer Abel / François Imbeau-Dulac termine en 3e place

SPO-PLONGEONT-SERIE MONDIALE-FINA
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits Jennifer Abel et François Imbeau-Dulac ont accordé au Canada une troisième médaille hier après-midi au tremplin de 3 m.

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Il y a au moins au Parc olympique de Montréal où les Québécois entretiennent une meilleure relation avec l’eau ces jours-ci. Le duo de Jennifer Abel et François Imbeau-Dulac a sauvé une deuxième journée qui se dirigeait à la flotte pour l’équipe canadienne, dimanche à la Série mondiale de plongeon, en terminant troisième à l’épreuve mixte synchronisée au tremplin de 3 m.  

De son côté, Abel est parvenue à se réconcilier un tant soit peu avec son sport grâce à cette médaille de bronze. Quelques heures plus tôt, elle avait terminé au pied du podium à l’épreuve individuelle après avoir péché à l’entrée à l’eau au quatrième de ses cinq sauts, ce qui lui a fait perdre sa troisième place du moment.   

«Le plongeon que j’ai manqué à l’individuel, je l’ai aussi manqué en mixte. Ça me laisse une crotte sur le cœur parce que j’aurais aimé remonter et montrer comment on travaille fort et comment je suis capable de faire ce plongeon aussi bien que les hommes. En même temps, ça fait partie de la game et des défis à relever. Terminer avec un podium, c’est mieux que rien», a admis l’athlète de 28 ans, qui obtenait ainsi sa 62e médaille dans l’histoire de cette Série mondiale lancée en 2007.   

Apprendre des erreurs  

Ce même plongeon maudit qu’elle a mal terminé durant l’épreuve mixte est survenu au cinquième et dernier tour. Avec une meilleure exécution, son degré de difficulté de 3,4 — le plus élevé du programme — aurait certes permis au duo québécois de dépasser les Britanniques et de terminer deuxième, comme il l’avait fait lors des deux premières étapes au Japon et en Chine, le mois dernier.   

«On n’apprend pas toujours en gagnant. On apprend beaucoup plus quand on vit des moments plus difficiles. Je ne dis pas que j’ai vécu une journée très difficile, mais c’est juste que j’apprends beaucoup à gérer quand des petits détails comme ceux d’aujourd’hui arrivent», a philosophé Abel, qui conserve néanmoins son troisième rang au cumulatif de l’épreuve individuelle après trois étapes sur cinq.   

L’équipe canadienne termine donc ce rendez-vous à domicile avec une récolte de trois podiums en comptant les médailles d’argent de vendredi en synchro de Meaghan Benfeito et Caeli McKay (10 m), puis d’Abel et Mélissa Citrini-Beaulieu (3 m).   

Ce podium de dimanche a permis à Imbeau-Dulac de faire son travail. Aussi droit dans ses propos qu’une entrée à l’eau parfaite, il ne se cache pas de la contribution qu’il souhaite apporter à l’équipe.   

«Ce n’est pas compliqué, je ne vise jamais de podium à l’individuel. Les podiums que je suis capable de faire sont en synchro. J’étais déçu de ma performance, de ne pas faire la finale individuelle, mais je ne vise jamais de podium. Je suis rendu à 28 ans, il me reste une année et demie de plongeon. Ce serait un peu étrange d’envisager de monter sur le podium dans une Série mondiale. Peut-être dans un Grand Prix, où c’est une autre histoire parce que c’est un niveau différent.»   

Vincent Riendeau 5e   

Il y a d’autres sortes de victoires qui ne se traduisent pas toujours en podiums. Vincent Riendeau a vécu une première participation en finale cette saison en Série mondiale. Sa cinquième place à la plateforme de 10 m lui aura permis de voir de près le calibre des grands ténors de son sport, ne serait-ce que pour les notes rares de 10,0 du Britannique Thomas Daley et de son dauphin chinois, Jian Yang.   

«On va se le dire, ils plongent comme des hommes», a résumé l’athlète de 22 ans de Pointe-Claire.   

La domination des Asiatiques, notamment, amène toutefois Riendeau à remettre la pratique de son sport en perspective. Ses études en génie électrique à Polytechnique Montréal lui assurent un équilibre de vie qu’il n’échangerait pas avec certains athlètes de la concurrence.   

«Ils ont du talent et ils travaillent vraiment fort. Nous, on a des ressources et des infrastructures d’entraînement de niveau mondial. Oui, mes cours (universitaires) prennent un peu du temps que je pourrais consacrer à mon entraînement, mais je veux garder cette partie de ma vie. Je ne veux pas seulement faire du plongeon, je veux être présent dans les deux sphères de ma vie. Pour eux, ça se voit, le plongeon est la priorité. Comme pour moi aussi», tient-il à préciser.   

Résultats   

Tremplin 3 m / Femmes  

1) Han Wang   

  • Chine 377,40    

2) Tingmao Shi   

  • Chine 370,00    

3) Maddison Keeney   

  • Australie 354,85    

4) Jennifer Abel   

  • Canada 331,75    

5) Pamela Ware   

  • Canada 309,10    

Tremplin 3 m, / Synchro mixte  

1) Chine 318,15   

  • (H. Yang, Y. Chang)     

2) Grande-Bretagne 314,10   

  • (T. Daley, G. Reid)     

3) Canada 310,89   

  • (F. Imbeau-Dulac, J. Abel)     

Plateforme 10 m / Hommes  

1) Thomas Daley   

  • G.-B. 550,05    

2) Jian Yang   

  • Chine 537,60    

3) Hao Yang   

  • Chine 497,15    

5) Vincent Riendeau   

  • Canada 469,55