/news/provincial
Navigation

[PHOTOS] Voici 9 façons de traverser le fleuve Saint-Laurent entre Québec et Lévis au cours des siècles

Coup d'oeil sur cet article

Le fleuve Saint-Laurent et la navigation ont joué un rôle historique essentiel dans le développement de la Capitale-Nationale.  

Pouvoir traverser le fleuve était indispensable pour permettre à la région de se développer harmonieusement.  

T. Picken et B. Beaufoy, Vue de la citadelle et de la ville de Québec, vers 1840. BAnQ Québec (P600, S5, PLC8).
T. Picken et B. Beaufoy, Vue de la citadelle et de la ville de Québec, vers 1840. BAnQ Québec (P600, S5, PLC8).

Voici donc 9 façons de se déplacer sur le fleuve entre Québec et Lévis qui ont été utilisées au cours des siècles. 

1. Canots d’écorce et canots de bois 

Amérindiennes en canot d’écorce, vers 1915. BAnQ Québec (P1000, S4, D31, P51). Photographe non identifié.
Amérindiennes en canot d’écorce, vers 1915. BAnQ Québec (P1000, S4, D31, P51). Photographe non identifié.

Depuis la fondation de la ville par Samuel de Champlain, on a toujours traversé le fleuve devant Québec. Sur le pont de glace l'hiver et en canot le reste de l'année. 

Les premiers canotiers étaient des Amérindiens. Ceux-ci transportaient les gens et les marchandises dans leurs canots d’écorce. C’était un moyen de transport plutôt rapide.  

Par contre, ce genre de traversée pouvait être extrêmement périlleux en hiver, notamment en raison de la pression exercée par les glaces et de leur mouvement incessant, de l’instabilité du canot ainsi que de la fragilité de l’enveloppe en écorce qui faisait en sorte que les canots pouvaient se briser au moindre coup.  

2. Le canot à glace 

Fleuve Saint-Laurent – Carnaval, Strohmeyer & Wyman Publishers, New York, 1894. BAnQ Québec (P1000, S4, D66, P14). Photo : Underwood & Underwood.
Fleuve Saint-Laurent – Carnaval, Strohmeyer & Wyman Publishers, New York, 1894. BAnQ Québec (P1000, S4, D66, P14). Photo : Underwood & Underwood.

Aux 18e et 19e siècles, pendant la période hivernale à Québec, il est nécessaire de traverser le fleuve pour maintenir le commerce et la communication entre les deux rives.  

Une embarcation a donc été spécialement conçue pour se déplacer sur le fleuve Saint-Laurent, dont les eaux sont souvent obstruées par les glaces. Il s’agit du canot à glace. Ce dernier tire ses origines du canot amérindien en écorce.  

Des modifications lui ont été apportées afin de renforcer l’embarcation pour résister à nos rudes hivers québécois.  

Pendant la saison froide, on utilisait le canot pour transporter du courrier, des vivres ou encore des malades. La course en canot du Carnaval rappelle les dangers et les défis du métier de canotier. 

3. Le bac et son passeur 

Lac Kénogami – Bac-traversier sur la rivière Kaskouta, été 1924. BAnQ Québec (E57, S44, SS1, PY-227). Photographe non identifié.
Lac Kénogami – Bac-traversier sur la rivière Kaskouta, été 1924. BAnQ Québec (E57, S44, SS1, PY-227). Photographe non identifié.

Pour traverser les cours d’eau à l’époque de la Nouvelle-France, une embarcation bien particulière fait son apparition.  

Le bac, qui est un bateau à fond plat, était fréquemment utilisé pour traverser une rivière.  

Le passeur, également appelé «passager» dans les textes anciens, est celui qui exerce le métier de conducteur de bac.  

Celui-ci recevait son titre de l’intendant, et son salaire, payé par les voyageurs, était également fixé par l’intendant.  

Les prix variaient en fonction de la marchandise : voitures, chevaux, bovins ou simples voyageurs.  

Chaque année, afin d’aider le passeur à sortir son bac de l’eau à l’automne et à l’y remettre au printemps, on organisait une corvée générale à laquelle tous les habitants du village devaient participer.  

4. Le pont de glace 

Quartier Cap-Blanc – Vue prise de Lévis – Pont de glace, 1892. BAnQ Québec (P600, S6, D1, P698). Photographe non identifié.
Quartier Cap-Blanc – Vue prise de Lévis – Pont de glace, 1892. BAnQ Québec (P600, S6, D1, P698). Photographe non identifié.

Avant que le pont de Québec soit finalement construit en 1917, les habitants de Québec et de Lévis observent régulièrement la formation des glaces sur le fleuve Saint-Laurent au début de l’hiver. Ils espèrent obtenir rapidement le signal de l’inspecteur des chemins qui les autorisera à construire le pont de glace. Le fleuve gèle habituellement vers le début du mois de janvier.  

Au moment du gel, les blocs de glace, déplacés par les marées, sortent de l’eau et s’entassent les uns sur les autres. Souvent enchevêtrées et pleines d’aspérités, les glaces rendent la surface inégale. Au 19e siècle, le pont de glace est construit en corvée. L’inspecteur des chemins supervise le travail des volontaires. Ceux-ci utilisent des pelles ainsi que des grattoirs tirés par des chevaux pour égaliser la surface glacée.  

Comme le montrent certaines scènes d’époque, les charretiers et les cochers font l’aller-retour entre les deux rives en transportant marchandises et voyageurs. Pour ce qui est de la distribution du courrier en provenance de Québec, elle est confiée aux passeurs. Ceux-ci sont recrutés surtout sur la rive sud. En utilisant des canots d’écorce et de bois, ils traversent le fleuve en une vingtaine de minutes. 

Transport d'animaux pour la vente au marché sur le pont de glace du fleuve Saint-Laurent, vers 1900. BAnQ Québec (P560, S1, P381). Photographe non identifié.
Transport d'animaux pour la vente au marché sur le pont de glace du fleuve Saint-Laurent, vers 1900. BAnQ Québec (P560, S1, P381). Photographe non identifié.

Le dernier pont de glace construit s’est rompu le 10 avril 1898. 

Transport par hippomobile sur le pont de glace du fleuve Saint-Laurent, vers 1900. BAnQ Québec (P560, S2, D2, P11481). Photographe non identifié.
Transport par hippomobile sur le pont de glace du fleuve Saint-Laurent, vers 1900. BAnQ Québec (P560, S2, D2, P11481). Photographe non identifié.

 

Transport par hippomobile sur le pont de glace du fleuve Saint-Laurent, vers 1900. BAnQ Québec (P560, S1, P382). Photographe non identifié.
Transport par hippomobile sur le pont de glace du fleuve Saint-Laurent, vers 1900. BAnQ Québec (P560, S1, P382). Photographe non identifié.

5. La goélette à voile 

Québec, le port, vers 1910.  BAnQ Québec (P547, S1, SS1, SSS1, D1-15, P3552R). Photographe non identifié.
Québec, le port, vers 1910. BAnQ Québec (P547, S1, SS1, SSS1, D1-15, P3552R). Photographe non identifié.

Quand la saison hivernale est terminée et que le printemps fait enfin son apparition, il faut continuer d’assurer les échanges commerciaux et les communications entre les deux rives du fleuve Saint-Laurent.   

Parmi les bateaux traditionnels qui écument le fleuve, la goélette à voile est le navire le plus populaire et le plus courant du 19e siècle. À l'époque où florissait la navigation à voile, chaque village détenait ses propres goélettes. Il était ainsi possible d’assurer le ravitaillement des habitants en diverses denrées.  

Le Québec est avantagé par sa géographie en raison du fleuve qui le traverse de part en part. Cela fait en sorte que la navigation de cabotage est grandement favorisée. On peut ainsi relier les établissements isolés les uns des autres le long des côtes. À une époque où le réseau routier est très peu développé, la goélette est l’un des seuls transports appropriés. C’est ainsi que s’effectue la collecte des produits agricoles, l’expédition du poisson vers les marchés urbains et la distribution des produits manufacturés vers les campagnes à partir des villes. 

6. Un pont à Québec 

C’est en 1852 qu’il est question, pour la première fois, de relier les deux rives du Saint-Laurent par un pont. Le plus ancien projet est celui de l’ingénieur civil Edward Wellman Serrell.  

Serrell avait déterminé trois emplacements à Québec. Le premier, à l’endroit où se situe actuellement le pont de Québec sur la rivière Chaudière, le deuxième dans le voisinage du cap Diamant, à l’extrémité orientale de la colline de Québec où se trouve la citadelle de Québec, et le troisième en face de la terrasse du vieux château Saint-Louis, alors appelée la terrasse Durham, aujourd’hui la terrasse Dufferin.  

Le pont de Québec, comme on le sait, est inauguré en 1917 pour le transport ferroviaire. La première voie carrossable, quant à elle, est ouverte aux automobilistes en 1929.  

Un autre projet a été pensé par l’architecte Joseph Vallières. En 1946, il présente devant la Jeune Chambre de commerce de Lévis l’idée d’un pont suspendu reliant les deux centres-villes.   

Joseph Vallières, Esquisse d’un pont entre Québec & Lévis. 1946. BAnQ Québec (E23, D224-4241, P1).
Joseph Vallières, Esquisse d’un pont entre Québec & Lévis. 1946. BAnQ Québec (E23, D224-4241, P1).

7. Le traversier 

Quartier Vieux-Québec–Basse-Ville – Port de Québec, vers 1880 (plusieurs traversiers sont amarrés au quai). BAnQ Québec (P560, S1, P303). Photographe non identifié.
Quartier Vieux-Québec–Basse-Ville – Port de Québec, vers 1880 (plusieurs traversiers sont amarrés au quai). BAnQ Québec (P560, S1, P303). Photographe non identifié.

À Québec, le 10 mai 1818, on voit apparaître le premier service officiel de traversier. C’est à l’avocat John Caldwell qu’en revient la responsabilité. 

En 1816, il forme, avec six associés, une compagnie pour assurer et exploiter un service de transport régulier de passagers, d’animaux et de diverses marchandises.  

Le premier navire est appelé le Lauzon. Pesant 310 tonnes, le bateau est pourvu d’un moteur de 28 chevaux et de deux gouvernails, l’un placé à la proue et l’autre à la poupe.  

Le traversier pouvait effectuer la traversée en un temps de 9 à 15 minutes. 

8. Les traversiers-rails 

Navire transbordeur Leonard, Québec, 1916. Musée McCord. Photo : Wm. Notman & Son. (https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/deed.fr_CA)
Navire transbordeur Leonard, Québec, 1916. Musée McCord. Photo : Wm. Notman & Son. (https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.5/ca/deed.fr_CA)

À l’époque où il n’y avait pas de lien direct reliant Lévis et Québec, les compagnies de chemin de fer ressentaient le besoin de créer un système de liaison entre les deux rives tant pour leurs passagers que pour leurs marchandises. À la fin du 19e siècle, plusieurs compagnies ferroviaires se partagent le territoire régional. Pour s’attaquer au problème, elles font construire des traversiers-rails qui circulent de façon continue d’une rive à l’autre en transportant en moyenne 3000 wagons de fret par mois. 

Construit en 1914 en Angleterre, le Leonard, bateau à vapeur d’une grande puissance, est le dernier survivant du règne des traversiers-rails. À Québec, un quai avait spécialement été aménagé à l’anse Brown, soit à environ 1 km des quais de la traverse actuelle.  

L’ouverture du pont de Québec à la circulation ferroviaire rend désuète l’utilisation de ces navires. Le Leonard abandonne ainsi son service vers 1920. 

9. Un tunnel comme troisième lien routier entre Québec et Lévis 

Foundation of Canadana Engineering Corporation Limited, Traversées du fleuve à Québec – Tunnel à la ligne « A » – Plan et coupe longitudinale, vers 1965. BAnQ Québec (P688, S1, SS8, D349/70).
Foundation of Canadana Engineering Corporation Limited, Traversées du fleuve à Québec – Tunnel à la ligne « A » – Plan et coupe longitudinale, vers 1965. BAnQ Québec (P688, S1, SS8, D349/70).

Au début des années 1960, le sujet de la construction d’un autre lien routier entre Québec et Lévis est déjà d’actualité. On croit que celui-ci est indispensable pour répondre aux exigences d’une circulation toujours grandissante entre la rive sud et la rive nord de Québec. À cette époque, les véhicules doivent utiliser le service de traversier ou emprunter le pont de Québec, dont les deux voies ne suffisent plus à la circulation. 

En 1965, plusieurs études ainsi que plusieurs sondages sont réalisés pour étudier la faisabilité d’un tunnel sous le fleuve. Toutefois, l’ex-premier ministre Jean Lesage jette une douche froide sur tous les espoirs en déclarant que les géologues qui ont étudié le lit fluvial y ont décelé une faille importante : la faille de Logan.  

Le tunnel envisagé devait relier le centre de Québec avec le centre de Lévis. Les ingénieurs ont adopté un tracé partant de Québec, près du boulevard Charest (Dorchester et de la Couronne) et aboutissant à Lévis au pied de la côte Rochette dans l’ancienne gare de triage du Canadien National.  

Un texte de Catherine Lavoie 

Vous pouvez consulter la page Facebook de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) en cliquant ici et son site Web en vous rendant ici. 

Sources :  

  • BRUNEAU, Roger, La petite histoire de la traverse de Lévis, Québec, ministère des Transports, 1983, 99 p. 
  • CASTONGUAY, Jacques, La saga de la navigation à Québec et sur le Saint-Laurent, Québec, Septentrion, 123 p. 
  • CHAMPLAIN, Samuel de. Œuvres de Champlain / publiées sous le patronage de l'Université Laval par C.-H. Laverdière, seconde édition, tome 3, Québec, Imprimé au Séminaire par Géo.-E. Desbarats, 1870, 1478 p. 
  • FRANCK, Alain, La goélette à voiles du Saint-Laurent, Scientia Canadensis, vol. 11, no 2 (1987), p. 109–123. 
  • HÉBERT, Yves, Les ponts de glace sur le Saint-Laurent, Québec, Les Éditions GID, 2012, 150 p. 
  • LACOURSIÈRE, Jacques et Hélène QUIMPER, Québec ville assiégée, 1759-1760 – D’après les acteurs et les témoins, Québec, Septentrion, 268 p. 
  • MORISSONEAU, Christian, Le chemin du Roy, entre Québec et Montréal, Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française [en ligne]. https://www.ameriquefrancaise.org  
  • S. A., «Pont de glace », Ville de Québec, Site officiel de la Ville de Québec [en ligne]. https://www.ville.quebec.qc.ca