/misc
Navigation

Carabins: travailler avec son idole

SPO-FOOTBALL-CARBINS-CALVILLO
Photo d'archives, Agence QMI Anthony Calvillo
Entraîneur adjoint et responsable des quarts-arrière des Carabins

Coup d'oeil sur cet article

 MONTRÉAL – Quand tu es un quart-arrière québécois dans la vingtaine, il y a de très bonnes chances qu’Anthony Calvillo soit ton idole. C’est le cas des pivots des Carabins de l’Université de Montréal Dimitri Morand et Frédéric Paquette-Perrault qui ont la chance de travailler avec l’ancienne gloire des Alouettes de Montréal. 

 Depuis quelques mois, les deux jeunes hommes reçoivent les enseignements de celui qui a accepté le poste d’entraîneur adjoint et responsable des quarts-arrière chez les «Bleus». Une situation assez surréaliste. 

 «Au début, je trouvais ça un peu fou, a indiqué Morand avant un entraînement des siens. Je me disais: "est-ce que c’est vraiment Anthony Calvillo qui me donne des conseils?", mais rapidement c’est devenu normal. Il est tellement terre à terre et humble. Il est facile d’approche et il nous a tous mis à l'aise par sa façon d’être.» 

Dimitri Morand
Photo d'archives, Agence QMI
Dimitri Morand

 Une analyse que partage Paquette-Perrault. 

Frédéric Paquette-Perrault
Photo d'archives, Agence QMI
Frédéric Paquette-Perrault

 «C’est mon idole d’enfance. Des fois, il me donne des trucs et je pense juste au fait que c’est Anthony Calvillo qui me parle en ce moment. C’est spécial comme expérience. C’est un vrai professionnel et j’adore mon expérience avec lui», a dit l’ancien des Redmen de McGill. 

 En plus des deux quarts, le coordonnateur à l’attaque des Carabins, Gabriel Cousineau, se retrouve un peu dans la même situation que ses deux athlètes, lui qui a seulement 28 ans. 

 «C’est sûr que les premières fois, j’étais impressionné, a-t-il révélé. C’est quand même une légende que je regardais jouer quand j’étais enfant. Rapidement, j’ai appris à le connaître et c’est vraiment un bon gars. Il connaît son football, il est calme et rassurant. Honnêtement, les quarts-arrière et moi profitons de son expérience. C’est une bible pour nous, on en prend le plus possible.» 

 De son côté, Calvillo n’a pas trop ressenti l’effet qu’il a eu sur son collègue et ses athlètes. 

 «Lorsque nous nous assoyons ensemble pour travailler, nous sommes égaux et nous partageons nos idées, a indiqué l’ancien pivot des Moineaux. Il n’y a jamais eu de situation bizarre reliée à la façon dont ils me perçoivent et reliée au fait qu’ils me regardaient jouer quand j’évoluais avec les Alouettes.» 

 «J’aime beaucoup le fait que tout le monde est vraiment ouvert à mes enseignements. Tous les entraîneurs ont leur façon de travailler et moi j’essaye seulement de transmettre mes connaissances.»