/news/green
Navigation

Sainte-Marthe-sur-le-Lac: le scénario du pire évité

Aucun mort ou blessé n’a été rapporté après l’évacuation d’urgence de samedi

Coup d'oeil sur cet article

 « Si on avait eu cette même brèche à 3 h du matin pendant que tout le monde dormait, ça aurait vraiment pu être un scénario catastrophique. » 

 Le directeur du service d’incendie de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, Norbert Vendette, concède que malgré les importantes pertes matérielles causées par les inondations, le pire a été évité. Les autorités ne dénombraient hier aucun décès, blessé ou personne manquant à l’appel. 

 « Ça relève presque du miracle considérant qu’environ 6000 citoyens ont évacué leur résidence en moins de 30 minutes », a insisté M. Vendette. 

 C’est vers 19 h samedi que les résidents ont eu l’ordre de quitter sur-le-champ leur maison, après qu’une digue a cédé. 

 « Heureusement, c’était à l’heure du souper. La majorité des gens étaient alertes, debout et habillés. Ç’a facilité la rapidité de l’intervention », a-t-il ajouté. 

 À ce moment, l’eau montait si vite que l’opération devenait de plus en plus dangereuse au fur et à mesure que le lac des Deux Montagnes se déversait dans la ville. 

 Catastrophe évitée 

 Des intervenants, policiers, pompiers et employés de la Ville ont d’ailleurs agi avec courage pour aider à l’évacuation. 

 « C’était in extremis. Il y a des policiers qui se sont lancés à l’eau, certains en avaient jusqu’à la taille, d’autres jusqu’au cou, pour sauver des résidents », a dit le sergent Daniel Thibaudeau, de la Sûreté du Québec. 

 Selon lui, la rapidité et l’efficacité des interventions ont fait en sorte qu’un bilan catastrophique a en effet été évité. Et le défi était de taille en raison de la noirceur : l’électricité a rapidement été coupée après la brèche, les obligeant à utiliser des lampes de poche. L’hélicoptère de la Sûreté du Québec survolait également les lieux afin d’éclairer le secteur. 

 Mais le temps pressait et la situation était critique. Les citoyens n’ont pu emporter que l’essentiel. 

 « Il y a des policiers et des pompiers qui sont arrivés en véhicules et qui ont dû repartir en prenant leurs jambes à leur cou tellement l’eau montait trop vite », a imagé M. Vendette. 

 Certains résidents ont pu retourner chez eux hier afin de récupérer des effets personnels ou leurs animaux de compagnie abandonnés sur place. 

 Mais ceux dont la résidence est située dans le secteur le plus inondé n’ont pas eu cette chance. Cette zone est en effet interdite d’accès jusqu’à nouvel ordre. Plusieurs, qui se sont trouvés sans médicaments essentiels à leur santé, se sont rués à la pharmacie. 

 La plus grosse journée 

 « Aujourd’hui, ç’a été notre plus grosse journée de l’année. On a presque dû doubler notre effectif. Il y a des gens qui se présentent en pleurant, qui ont besoin de médicaments essentiels. On les sert du mieux qu’on peut » a expliqué Jean-Christophe Pilon, pharmacien en chef au Jean Coutu sur le Chemin d’Oka, à Sainte-Marthe-sur-le-Lac. Il précise que la pharmacie est ouverte même si des rues autour sont fermées à la circulation. 

 – Avec la collaboration de Jonathan Tremblay