/news/politics
Navigation

Des mesures doivent être annoncées pour aider les producteurs de canola

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Le gouvernement canadien annoncera vraisemblablement des mesures mercredi pour venir en aide aux producteurs de canola, qui se retrouvent malgré eux au cœur d’un bras de fer entre Ottawa et Pékin.

Le gouvernement a convié, mardi soir, les médias à assister à une conférence de presse à 9 h 30, mercredi, à laquelle prendront part la ministre de l’Agriculture, Marie-Claude Bibeau et le ministre de la Diversification du commerce international, Jim Carr. Tous deux «donneront un compte rendu sur la réponse du gouvernement sur le conflit commercial avec la Chine sur le canola», est-il précisé dans la convocation.

Plusieurs médias, citant des sources anonymes, ont assuré que les deux ministres annonceront des mesures pour venir en aide aux producteurs de canola.

Selon CBC News, le gouvernement Trudeau compte bonifier son Programme de paiements anticipés destiné aux producteurs. Actuellement, celui-ci permet de verser jusqu’à 400 000$ par année à un agriculteur, en fonction de sa récolte attendue. La somme est ensuite remboursée après la vente de la production.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

 

Ce montant serait maintenant bonifié à 1 million $ par année par agriculteur. De plus, ceux-ci n’auront pas à payer d’intérêt sur les premiers 500 000$ du prêt, contre 100 000$ actuellement.

Le premier ministre, Justin Trudeau, a répété, ces derniers jours, prendre «très au sérieux» la décision de la Chine de cesser les importations de canola canadien, sous prétexte de la découverte d’insectes «dangereux» dans le colza produit au pays. Le géant asiatique accapare près de 40% de la production canadienne de canola dédiée à l’exportation.

Cette décision a été décriée par Ottawa, qui tente de convaincre la Chine de reprendre ses importations, tout en cherchant de nouveaux débouchés pour le canola.

La mesure est largement considérée comme une mesure de rétorsion du gouvernement chinois à la suite de l’arrestation et de la détention de la chef de la direction financière de Huawei, Meng Wanzhou, à Vancouver. Celle-ci fait face à un processus d’extradition vers les États-Unis.