/sports/fighting
Navigation

Adonis Stevenson «va vraiment bien», selon Yvon Michel

Adonis Stevenson «va vraiment bien», selon Yvon Michel
PHOTO COURTOISIE/Simone God

Coup d'oeil sur cet article

Bonne nouvelle pour Adonis Stevenson: selon son promoteur Yvon Michel, il «va vraiment bien». 

Michel est d'ailleurs en contact avec son boxeur qui a failli mourir après avoir été mis K.-O. par l’Ukrainien Oleksandr Gvozdyk, le 1er décembre dernier à Québec. 

«J’ai des conversations avec Adonis comme j’en avais avant son accident. Il se déplace tout seul, il mange bien. Il passe des weekends chez lui. Ce qu’on me dit, c’est qu’il reste encore des choses à améliorer, mais il est très, très bien encadré avec de la thérapie au niveau de la mémoire ou au niveau physique. Il est bien là-dedans», a dit le patron du Groupe Yvon Michel en point de presse, mardi, lui qui était présent pour parler du prochain combat du boxeur Oscar Rivas à Londres en juillet 

«C’est au-delà de tout ce que j’aurais pu jamais penser après l’avoir vu dans le coma à Québec», a ajouté le promoteur. Il a précisé que la famille de Stevenson préférait faire preuve de discrétion concernant l’état de santé de l’ancien champion du monde WBC des mi-lourds. Mais selon Michel, le Québécois pourrait faire une apparition publique bientôt. 

Stevenson a subi un traumatisme craniocérébral sévère lorsqu’il a été mis K.-O. par Gvozdyk au 11e round du combat de championnat du monde tenu au Centre Vidéotron. Se sentant mal après le combat, il avait été transporté d’urgence à l’hôpital, où la détérioration rapide de son état avait forcé une opération. 

Les médecins jugeaient, dans les jours suivant le combat, que le boxeur avait peu de chances de récupérer sans conserver de séquelles. 

Au début du mois de février, il a été révélé que Stevenson avait subi une nouvelle opération pour remettre à sa place la partie de la boîte crânienne enlevée lors de son opération initiale en décembre. Après cette intervention chirurgicale, le pugiliste avait vu son état s’améliorer.