/misc
Navigation

Carabins: un standard à maintenir

Carabins: un standard à maintenir
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL - Statistiquement reconnue comme la plus prolifique unité défensive de l'histoire du Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ), l'édition 2018 de la défense des Carabins de l'Université de Montréal a créé un précédent assez imposant.

En effet, elle n'a permis que 46 points en huit joutes la saison dernière, battant ainsi le record du RSEQ. Qu'à cela ne tienne, les acteurs de cette marque ont bien l'intention de maintenir cette norme en 2019.

«Après une saison comme celle de l'an passé, il y a évidemment un standard», a indiqué le joueur de ligne défensive Philippe Lemieux-Cardinal en marge du camp du printemps des siens.

«Notre objectif est toujours de ne donner aucun point à nos adversaires. Il faut cependant se rappeler que la base, c'est de faire les petites choses de la bonne manière.»

La pensée de Lemieux-Cardinal est partagée par l'ensemble de ses coéquipiers et elle ne date pas d'hier, selon le demi défensif Marc-Antoine Dequoy.

«Quand les jeunes arrivent dans l'organisation, nous leur expliquons qu'ici, notre but est d'être la meilleure défensive au pays, a-t-il dit. À ma première année, on m'a expliqué ça et je le transmets maintenant aux jeunes.»

«Nous ne pouvons pas nous asseoir sur nos lauriers. Notre objectif à dépasser, c'est celui de l'an passé», a ajouté le joueur de quatrième année.

Se pousser mutuellement

L'excellence de l'unité défensive des Bleus passe inévitablement par les étudiants-athlètes qui la composent. À sa première saison en 2018, le secondeur Sean Côté a été très bon lorsqu'il a été envoyé sur le terrain, mais n'a que très rarement été utilisé comme partant.

La raison est assez simple : il est derrière Brian Harelimana et Jean-Philippe Lévesque dans la formation. Deux footballeurs qui ont aussi excellé la saison dernière.

«C'est l'une des raisons pourquoi j'ai choisi de devenir un Carabin, a révélé Côté. Je me suis toujours dit que c'est en pratiquant et en jouant avec les meilleurs que tu deviens le meilleur. Quand les gars devant toi dans la formation te poussent à te dépasser, c'est là que tu te réalises comme athlète.»

Un atout pour l'offensive

Quand la défensive est dominante dans un match de football, l'attaque en bénéficie automatiquement. Chez les Carabins, cette réalité ne s'applique pas uniquement lors des rencontres, mais en pratique également.

«C'est un méchant défi, a dit le coordonnateur à l'attaque des Carabins, Gabriel Cousineau. C'est sûr que nous ne nous préparons pas pour affronter notre défensive, mais on pratique contre d'excellents athlètes. C'est une situation gagnante pour nous et ça nous aide énormément. On voit des choses auxquelles nous ne sommes pas habitués et ça nous permet de faire des ajustements plus rapidement.»