/news/provincial
Navigation

Le 3e lien «vital» pour l’est du Québec, selon Geneviève Guilbault

Le 3e lien «vital» pour l’est du Québec, selon Geneviève Guilbault
Photo Jean-François Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

Le «3e lien est un projet vital» pour les citoyens de l’est du Québec, a fait valoir la ministre Geneviève Guilbault, lors de l’étude des crédits budgétaires de la Capitale-Nationale.  

Sans surprise, le 3e lien s’est retrouvé au cœur des échanges.  

Son prédécesseur au poste de ministre responsable de la Capitale-Nationale, le député libéral de Jean-Talon, Sébastien Proulx, a lancé les hostilités en reprochant à la CAQ d’avoir fait passer le projet en mode «planification» sans avoir dévoilé la solution envisagée ni les coûts.  

Manque de données  

M. Proulx s’est également inquiété de l’absence des données de la plus récente enquête Origine-Destination, qui risque, selon lui, de confirmer une croissance des déplacements à l’ouest.  

«Vous avez fait le choix de l’est sans prendre en compte ce qui viendra dans cette enquête», a dit l’élu libéral.  

«Oui, nous prendrons en compte les résultats de cette enquête, c’est bien évident», a assuré Mme Guilbault, en annonçant qu’ils seront dévoilés «bientôt», soit dans le dernier tiers de l’année.  

Quant au projet de 3e lien, «les détails viendront en temps et lieu», a-t-elle martelé, à l’instar de son collègue François Bonnardel, il y a quelques jours.  

En revanche, Mme Guilbault a reproché aux libéraux d’avoir lancé sous leur gouverne, un «simulacre de bureau de projet» qui travaillait sur cinq scénarios dont certains aussi «farfelus» que «celui qui arrivait à la raffinerie» du côté de Lévis. «Pensez-y, ce n’est pas du tout réaliste», a-t-elle souligné, en rappelant que les deux liens routiers interrives actuels sont déjà situés du côté ouest.  

Fait à noter, contrairement à la coutume lors de ce bloc d’étude, la partie gouvernementale n’a dépêché qu’une seule élue de la région, soit Mme Guilbault, et cela malgré la forte députation caquiste dans la Capitale-Nationale.  

C’est par exemple le député de Lac-Saint-Jean et adjoint parlementaire du ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Éric Girard, qui est venu s’intéresser à la peinture du pont de Québec, dossier que le gouvernement Trudeau n’a toujours pas réglé contrairement à la promesse faite en 2015.  

Samuel-de-Champlain: phase 3  

La ministre Guilbault a par ailleurs confirmé que plusieurs appels d’offres pour la réalisation de la phase 3 de la promenade Samuel-de-Champlain seront lancés au cours des prochains jours. Les travaux évalués à 171M$ devraient débuter vers la fin de l’été.  

Pour ce qui est de la réfection des Nouvelles-Casernes, un autre projet sous la gouverne de la Commission de la capitale nationale du Québec (CCNQ), Mme Guilbault a indiqué que la phase de consolidation devrait être complétée en 2021.  

En début de semaine, la ministre de la Culture, Nathalie Roy, a indiqué lors de l’étude des crédits de son ministère que la CCNQ était toujours à la recherche d’une vocation pour le bâtiment historique datant du Régime français.  

Mme Guilbault a qualifié ce projet de réfection de «défi», considérant que le bâtiment abandonné depuis 1964 reposait dans un «état de détérioration avancé» lorsque les travaux de stabilisation ont été entrepris il y a quelques années.