/misc
Navigation

Période de maraudage au PLQ

Les spéculations sont nombreuses quant à l’identité de celles et ceux qui voudront briguer la chefferie du parti.

Période de maraudage au PLQ
Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC

Coup d'oeil sur cet article

Alors que les militants se préparent à participer au Conseil général du Parti libéral du Québec cette fin de semaine à Drummondville, les spéculations sont nombreuses quant à l’identité de celles et ceux qui voudront briguer la chefferie du parti.  

Depuis le départ de Philippe Couillard, tout le monde s’entend pour dire que Marwah Rizqy et Dominique Anglade tenteront de lui succéder. Au cours du weekend, les yeux seront tournés vers elles, mais aussi vers les autres candidats potentiels.   

En attendant les règles  

C’est dans la journée de dimanche qu’on connaîtra les règles entourant la prochaine course à la chefferie. Plusieurs candidats discrets vont baser leur décision en grande partie sur ces règles.   

Au lendemain d’une campagne électorale difficile, avec un membership qui n’augmente pas, le Parti libéral ne sera pas en mesure de se payer une campagne «de luxe». Pour plusieurs candidats, la somme à déposer en même temps que le bulletin de candidature pourrait être un enjeu.   

Par ailleurs, les potentiels candidats issus du monde des affaires vont se garder de montrer leur jeu trop rapidement. Le gouvernement de la CAQ est à peine arrivé au pouvoir et les gens d’affaires vont vouloir préserver au maximum leurs bonnes relations avec le gouvernement. L’appui envers la CAQ, notamment avec son projet de loi interdisant les signes religieux, est élevé, la lune de miel se poursuit sans trop d’ennuagements et les entrepreneurs y réfléchissent à deux fois avant de s’identifier au PLQ, sévèrement puni en octobre dernier.   

À surveiller  

Pendant la fin de semaine à venir, il faudra surveiller certains candidats potentiels (avoués ou non) pour essayer de prédire l’avenir. Au détour des conversations, ils sonderont leurs appuis.   

Évidemment, les yeux seront tournés vers Pierre Moreau. Depuis quelques jours, les rumeurs se font plus fort quant à la possibilité d’une nouvelle participation à la chefferie. Pierre Moreau a terminé 2e derrière Philippe Couillard, mais il a su se montrer fidèle et bon joueur. En plus de ces qualités, la maladie qui l’a affligé en cours de mandat l’a humanisé aux yeux des militants et son capital de sympathie est élevé. Les conversations de corridor lui permettront de jauger ses appuis.     

Période de maraudage au PLQ
JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

Gaétan Barrette n’a pas l’habitude de passer inaperçu. Le controversé député de La Pinière est plus apprécié qu’on pourrait le croire, à la fois chez ses confrères du caucus et chez les militants. L’homme est chaleureux et n’a pas la langue dans sa poche. Alors qu’on reproche beaucoup aux libéraux de faire de la « vieille politique », Gaétan Barrette se fout pas mal des conventions et en fait souvent à sa tête. On ne doit jamais dire jamais et Gaétan Barrette pourrait bien surprendre et sauter dans la mêlée.   

Plusieurs autres noms méritent une attention particulière. Parmi ceux-ci, celui de Stéphane Billette.    

Période de maraudage au PLQ
SIMON CLARK/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI

Organisateur en chef de la campagne à la chefferie de Philippe Couillard puis whip et ministre du gouvernement, l’ancien député d’Huntingdon est populaire auprès de jeunes libéraux. Son attitude rassembleuse et sa fine connaissance des enjeux régionaux pourraient en faire un candidat fort intéressant, notamment pour rapprocher le parti de l’électorat francophone qui lui tourne de plus en plus le dos.   

Autre candidate à surveiller : Isabelle Melançon.    

Période de maraudage au PLQ
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

 

 Mère de famille, militante engagée, spécialiste des dossiers de la culture, elle gravite autour du PLQ depuis plus de 15 ans. La députée de Verdun ne considère pas se présenter pour le moment, mais les militants auraient tout à gagner si elle changeait d’avis. Déjà, dans les instances du parti, elle ne cache pas sa volonté de voir les choses bouger et elle a avoué ne pas être entièrement fermée à un assouplissement de la position libérale en matière de signes religieux. Ancienne ministre de l’Environnement, excellente vulgarisatrice et proche des jeunes, elle a toutes les qualités nécessaires pour rallier les militants pour qui ce sujet devrait être attaqué avec vigueur en priorité.