/investigations
Navigation

Il aurait arrangé des contrats en échange d’un barbecue

Un ex-cadre d’Hydro-Québec et un entrepreneur font face à six accusations

Coup d'oeil sur cet article

Un ancien cadre d’Hydro-Québec vient d’être accusé au criminel après que la société d’État a découvert qu’il aurait accepté des pots-de-vin, comme un barbecue, une cafetière et la location d’un entrepôt pour sa Porsche.

Denis Hervieux a été accusé plus tôt cette semaine d’abus de confiance et de fraude envers le gouvernement.

Il aurait accepté des petits luxes de la part du patron de l’entreprise Triforce, Giuseppe Nuccio, entre 2009 et 2014.

C’est la première fois qu’un cadre d’Hydro est accusé à la suite d’une enquête de l’Unité permanente anticorruption (UPAC).

Hervieux a été congédié à la fin 2014, après qu’une enquête interne a permis à la Société d’État de découvrir qu’il aurait manœuvré pour permettre au Groupe Triforce d’obtenir le contrat de déneigement dans les postes d’Hydro de la Rive-Nord et de Montréal.

Il aurait aussi permis à l’entreprise de décrocher un contrat de travaux civils.

En échange, Hervieux a bénéficié de petits avantages.

Ainsi, sa fille a pu obtenir un travail dans l’entreprise dirigée par Nuccio.

Entrepôt pour sa Porsche

L’entrepreneur lui a également permis de séjourner dans son condominium situé à Mont-Tremblant pour une fin de semaine, en novembre 2013. Il n’a pas payé un sou.

Le patron de Groupe Triforce a également ramassé la facture pour le remisage d’hiver de la Porsche de Denis Hervieux dans un entrepôt de Laval.

Le luxe du garage de la résidence de ce dernier avait d’ailleurs attiré l’attention des enquêteurs d’Hydro qui ont visité l’endroit.

On y décrit un plancher de céramique, un élévateur à quatre colonnes pour deux véhicules et des armoires en métal.

Dans la cour extérieure, ils ont observé un aménagement de pierre, une piscine creusée et un îlot pour la cuisine extérieure, avec barbecue et verrière.

Après vérification, le barbecue aurait été payé avec la carte de crédit de Groupe Triforce. « Nous avons la conviction que plusieurs de ces éléments ont été réalisés avec une participation de fournisseurs ayant des contrats avec Hydro-Québec », est-il écrit dans une note interne.

L’entrepreneur Giuseppe Nuccio fait également face à des accusations criminelles, pour fraude, abus de confiance et usage de faux documents.

Un autre fournisseur de la société d’État, Ménage Nova, a également été soupçonné d’avoir versé des avantages à Denis Hervieux. Des perquisitions de l’UPAC ont également eu lieu dans les locaux de cette entreprise.

« Les osti, j’ai rien dit »

Selon Hydro-Québec, l’entreprise a payé les factures pour un lampadaire et des feuilles de treillis en polychlorure de vinyle (PVC) dans la cour du fonctionnaire.

Ce dernier avait lui-même mené les enquêteurs d’Hydro sur la piste de Ménage Nova en appelant son directeur alors qu’il était sous filature.

« Les osti, j’ai rien dit, pis je n’ai parlé de rien », aurait-il dit au téléphone.

Plus tôt dans la journée, l’ex-cadre avait été interrogé par des responsables d’Hydro-Québec. Aucune accusation n’a été déposée en lien avec Ménage Nova.


♦ Denis Hervieux a été suspendu le 14 novembre 2014 et congédié un peu plus d’un mois plus tard.