/finance/business
Navigation

Uber veut se lancer dans la livraison d’épicerie au Québec

Coup d'oeil sur cet article

Après les repas de restaurants, Uber compte s’attaquer au marché de la livraison d’épicerie au Québec.

« C’est dans notre plan d’affaires. Le secteur de l’épicerie est clairement un créneau que l’on veut développer au cours des prochaines années au Québec », a confirmé au Journal un porte-parole d’Uber.

Chez Uber Canada, une équipe dédiée au secteur de l’épicerie a été mise en place.

Le mois dernier, l’épicier Metro est devenu la première bannière alimentaire au pays à développer un partenariat avec UberEats. Metro et Uber feront équipe pour offrir la livraison de plats prêts-à-manger et précuisinés dans plus de 26 supermarchés de la région de Montréal.

Dans son prospectus financier déposé récemment devant la Commission des valeurs mobilières des États-Unis, Uber soutient que son service UberEats connaîtra une forte croissance dans le secteur de l’épicerie.

Ventes en ligne en hausse

Bien que les ventes en ligne aient démontré une forte progression depuis un an, le phénomène demeure marginal dans les supermarchés d’alimentation.

Actuellement, seulement 1 à 2 % des ventes d’épicerie sont réalisées en ligne au Québec et au Canada. Aux États-Unis, le pourcentage atteint 3 %.

En Europe, où les consommateurs magasinent en ligne leur épicerie depuis plusieurs années, les ventes en ligne des supermarchés atteignent 4 % en France et 7 % en Grande-Bretagne.

Selon une analyse de la firme NPD Group, les ventes en ligne des produits d’épicerie ont augmenté en moyenne de 20 % par an au cours des trois dernières années et devraient tripler d’ici 2022.

L’alcool aussi

L’alcool est également dans la mire d’Uber. L’entreprise a déposé devant la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ) une demande de permis pour livrer de l’alcool avec les repas.

Si Uber obtient son permis, l’entreprise devra se plier à certains règlements, comme le font les autres restaurateurs, notamment de ne pas livrer d’alcool après 23 h et de ne pas imposer un prix supérieur à celui exigé en restaurant.