/sports/fighting
Navigation

Place aux Femmes Fatales de l’arène!

Un rare gala de lutte tout féminin au Centre Horizon

Les amateurs de lutte pourront assister au dernier combat à Québec de LuFisto, considérée comme une pionnière dans son sport-spectacle.
Photo courtoisie Les amateurs de lutte pourront assister au dernier combat à Québec de LuFisto, considérée comme une pionnière dans son sport-spectacle.

Coup d'oeil sur cet article

La lutte à Québec au Centre Horizon est devenue une tradition bien ancrée. Ce qui détonne, c’est quand ce sont les gladiatrices de l’arène qui offrent leurs prouesses athlétiques en spectacle dans le cadre d’un premier gala de la promotion Femmes Fatales, dans l’arène de Limoilou. C’est le cas samedi soir.

La promotion Femmes Fatales, qui met exclusivement en vedette les lutteuses, roule sa bosse depuis 2009. Il s’agira pour ce circuit d’un premier gala à Québec, en collaboration avec la NSPW.

La dernière soirée de lutte entièrement féminine à Québec remonterait à l’automne 2006, selon Patric Laprade, le promoteur de Femmes Fatales et analyste aguerri de ce sport-spectacle, notamment sur les ondes de TVA Sports.

«Ce n’est pas un aspect très développé et des lutteuses de ce calibre n’ont jamais évolué à Québec. Les sports de combat féminins sont non seulement en vogue, mais ils prennent de plus en plus de place comme on l’a vu avec une finale toute féminine lors du récent Wrestlemania 35 (l’événement annuel phare de la WWE). Ces filles-là offrent un spectacle aussi bon que ce que n’importe quel lutteur peut donner», a-t-il fait valoir.

Au revoir, LuFisto!

Au fil des ans, quelques athlètes représentant la promotion Femmes Fatales ont gradué par la suite avec la toute-puissante WWE, notamment les Billie Kay, Nikki Cross et Ember Moon.

Plusieurs des lutteuses les plus en vue du moment, comme Kris Statlander et Priscilla Kelly, seront de la partie. Et par-dessus tout, il s’agira du dernier combat à Québec de la vétérane LuFisto (Geneviève Goulet de son vrai nom), dans le cadre de sa tournée d’adieu.

Cette dernière, qui sera dans les câbles en finale de Femmes Fatales 22 samedi soir contre Cheerleader Mélissa, a évolué pour diverses organisations en Amérique du Nord, mais aussi au Mexique, au Japon et en Europe.

«La lutte féminine lui doit beaucoup et elle est sans contredit la meilleure lutteuse de l’histoire du Québec», assure Laprade.

«Le fait qu’elle n’ait pas gagné sa place dans la WWE ne la définit en aucun temps. C’est une pionnière et dans le milieu de la lutte, il n’y a personne qui ne la connaît pas.»


► Il est possible de se procurer des billets à la porte ou sur lepointdevente.com.