/travel/mexique-et-caraibes
Navigation

L’hôtel Inglaterra pour sa terrasse

L’hôtel Inglaterra et ses belles décapotables américaines, juste en face.
Photo Jacques Lanctôt L’hôtel Inglaterra et ses belles décapotables américaines, juste en face.

Coup d'oeil sur cet article

Vous êtes dans la Vieille Havane et vous cherchez un point de ralliement pour donner rendez-vous à un ami, à une amie ou même à un groupe d’amis ? Je vous suggère l’hôtel Inglaterra (3 étoiles), au cœur même de La Havane, à la frontière du Centro et de la Vieille Havane. Vous ne pouvez pas vous perdre.

Cet hôtel est situé au bout de la promenade du Prado (au coin de la rue piétonnière San Rafael), tout près du grand théâtre Alicia Alonso et du Capitolio, et en face du Parque Central où discutent frénétiquement les amateurs de baseball et où s’alignent les belles et vieilles décapotables américaines à la recherche de touristes désirant effectuer un tour de ville inoubliable « à un prix d’ami ».

La salle à manger de l’hôtel Inglaterra dans toute sa splendeur.
Photo Jacques Lanctôt
La salle à manger de l’hôtel Inglaterra dans toute sa splendeur.

Mais ne vous laissez pas tromper par le nom de l’hôtel. Vous n’allez pas être plongé dans une ambiance « british ». Pas de cérémonie du thé à 16 h, pas de photos de l’actuelle reine d’Angleterre, non, mais vous pourrez y prendre le petit-déjeuner à l’intérieur dans la salle à manger vintage ou sur l’immense terrasse extérieure, dans une ambiance très relax. Ou le traditionnel mojito en après-midi ou en soirée.

Un peu d’histoire

Cet hôtel a été inauguré en 1875, alors que l’hôtel Telegrafo, situé juste à côté, a ouvert ses portes quinze ans plus tôt. L’hôtel Telegrafo fut appelé ainsi, car il fut le premier à offrir des communications internationales. Politiciens comme hommes d’affaires s’y pressaient. L’Inglaterra a hébergé dans ses murs des hôtes célèbres comme le général Antonio Maceo, surnommé le Titan de bronze, José Marti, l’apôtre de l’indépendance, Winston Churchill, alors qu’il couvrait comme journaliste la guerre d’indépendance, et la danseuse russe Ana Pavlova. Cet hôtel, déclaré monument national, a rejoint maintenant la chaîne Starwood, puis Marriott, ayant été le premier à appartenir à un groupe hôtelier américain depuis le triomphe de la révolution.

L’immense terrasse couverte qui court jusqu’à l’hôtel Telegrafo est appelée « Acera del Louvre » [Trottoir du Louvre], et comprend le café du même nom, El Louvre, où se réunissait au XIXe siècle une jeunesse instruite et progressiste, et dont on peut apercevoir encore la plaque noire sur une colonne. Ce lieu historique a accueilli, depuis plus de cent ans, des milliers de visiteurs.

Sur une colonne de la terrasse, on peut voir la plaque en cuivre annonçant le «Gran café el Louvre».
Photo Jacques Lanctôt
Sur une colonne de la terrasse, on peut voir la plaque en cuivre annonçant le «Gran café el Louvre».

Vous pouvez vous y prélasser pendant des heures, sans vous sentir pressé de laisser votre place à quelqu’un d’autre. Tandis que des musiciens se relaient pour vous offrir le meilleur de la musique traditionnelle cubaine, vous pourrez observer, de votre table en céramique ornée de reproductions de peintres cubains célèbres, le spectacle de la rue, dans la plus pure tradition parisienne. Animation garantie. Vous ne pourrez pas vous ennuyer.