/weekend
Navigation

Quand la vanité rend aveugle

Le Schpountz
Photo courtoisie, Théâtre le Rideau Vert Le Schpountz

Coup d'oeil sur cet article

Le Théâtre du Rideau Vert clôturera sa 70e saison théâtrale avec une comédie contemporaine adaptée du film français Le Schpountz. La pièce, mise en scène par Denise Filiatrault, tourne autour de la tête d’affiche, Rémi-Pierre Paquin, qui campera un homme naïf qui rêve de jouer au cinéma.

C’est Emmanuel Reichenbach à qui l’on doit les adaptations théâtrales des pièces Intouchables et Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu? qui, cette fois, vient d’adapter le scénario du film de Marcel Pagnol Le Schpountz, sorti en 1938. Ce dernier était tiré de quelques anecdotes réelles, vécues par l’auteur, liées au monde du cinéma. La nouvelle mouture sera désormais campée au Québec dans un petit village de la Côte-Nord.

« C’est tout un défi de jouer dans ce genre de comédie très rythmée », lance le comédien Rémi-Pierre Paquin qui n’a pas l’habitude de jouer sur les scènes montréalaises et qui sera, pour l’occasion, entouré d’une belle brochette d’acteurs, dont Raymond Bouchard, Marilyse Bourke et Linda Sorgini. « J’ai surtout joué en région », fait remarquer le comédien qui a notamment monté sur les planches pour présenter la pièce Antarctique solo à Shawinigan en 2017.

« Nous sommes dans une pièce avec un aspect qui rappelle Le dîner de cons », souligne-t-il.

Une opportunité

Le Schpountz, qui signifie un homme simple d’esprit, voire même un idiot, rêve de devenir une vedette du cinéma. Un bon jour, une équipe de tournage débarque dans son patelin et voilà que Théo Désilet, surnommé le Schpountz, s’imagine dans sa grande naïveté pouvoir avoir l’occasion de faire partie du tournage et devenir un véritable acteur. Une opportunité inouïe, pour lui qui s’imagine avoir un talent pour la comédie. De surcroît, il souhaite s’évader de son quotidien banal qui se résume à travailler à l’épicerie familiale. C’est ainsi que l’on verra Théo se présenter à l’équipe de tournage proposant ses services.

Un canular

La réalisatrice (Marilyse Bourke) et la productrice (Linda Sorgini) du film auront envie de s’amuser avec Théo. Elles vont lui faire signer un contrat illusoire en lui offrant un rôle de manière à le tourner en ridicule. « Elles vont lui monter un bateau », annonce Rémi-Pierre Paquin.

Aveuglé par son rêve, le Schpountz va se laisser embarquer dans la supercherie croyant véritablement qu’il vient de décrocher un rôle.

Pourtant, tout son entourage, dont son oncle (Raymond Bouchard), est sceptique. « On lui dit qu’il se fait avoir, mais il ne veut pas le croire », ajoute le comédien à propos de son personnage.

Rapidement, le Théo rêveur et sympathique se laissera prendre au jeu de la vanité.

« Tout ça va lui monter à la tête », révèle l’acteur.

Par ailleurs, on retrouvera Rémi-Pierre Paquin au théâtre cet été à Drummondville dans la pièce Les voisins de Louis Saia et Claude Meunier. Guy Jodoin, Marie-Chantal Perron, Jean-Michel Anctil, Brigitte Lafleur et Marilyse Bourke seront également de la distribution.

Le Schpountz

♦ D’après le scénario de Marcel Pagnol

♦ Adaptation : Emmanuel Reichenbach

♦ Mise en scène : Denise Filiatrault

♦ Distribution : Rémi-Pierre Paquin, Stéphan Allard, Raymond Bouchard, Marilyse Bourke, Normand Carrière, Alexandra Cyr, Mathieu Lorain Dignard, Philippe Robert et Linda Sorgini

♦ Du 7 mai au 8 juin

♦ Au Théâtre du Rideau Vert en coproduction avec Encore Spectacle