/sports/baseball/capitales
Navigation

Capitales de Québec: une deuxième famille

Capitales de Québec: une deuxième famille
Photo d'archives, Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC

Coup d'oeil sur cet article

Les entraîneurs des Capitales de Québec rencontraient officiellement, en personne, la majorité des joueurs de leur nouvelle formation pour la première fois dimanche. Une réunion nécessaire pour l’équipe qui, dans moins de deux semaines, devra être aussi soudée qu’une famille.

La première journée du camp d’entraînement est d’autant plus importante cette année, étant donné que le gérant, Patrick Scalabrini, a dû reformer pratiquement toute l’équipe. Seulement quatre joueurs de l’édition 2018 sont de retour pour la présente campagne.

«C’est un phénomène fréquent dans le monde du baseball indépendant. On a un roulement de joueurs assez élevé, mais c’est toujours difficile de voir ses coéquipiers partir, année après année. Notre défi c’est de créer une bonne chimie dès le début du camp», a précisé le vétéran et entraîneur des lanceurs, Karl Gélinas, à la fin de la journée d’entraînement.

D’ailleurs, pour s’assurer que des liens se forment au sein de la formation québécoise, les dirigeants ont organisé plusieurs activités dans les prochains jours. Entre autres, une soirée karaoké et un tour de Québec en autobus à deux étages sont prévus à l’horaire. «On veut sortir les gars de leur zone de confort pour qu’ils apprennent à se connaître», a indiqué Scalabrini.

Les équipes internationales confirmées

Lors de la présentation du calendrier de la saison 2019 en novembre dernier, on prévoyait le passage d’équipes internationales dans la Vieille Capitale du 18 au 20 juin et du 28 au 30 juin. Même si on présageait la venue de la formation nationale cubaine et d’une équipe d’étoiles de la Shikoku Island League, au Japon, quelques détails devaient être réglés avant de confirmer le tout. C’est maintenant chose faite.

Rappelons que la présente campagne comprendra 95 matchs en 109 jours, donc sept confrontations de moins que l’an dernier, pour un total de 50 matchs à domicile. Le tout scindé par un match des étoiles conjoint entre la Ligue Can-Am et Frontier le 10 juillet.

«Le fait qu’il y ait plus de jours de congé, ça permet aux gars d’avoir plus de repos et donc d’être plus en santé. Ça devrait être positif pour tous», a confié le gérant.