/sports/baseball/capitales
Navigation

Karl Gélinas: l’irréductible Québécois

Karl Gélinas: l’irréductible Québécois
courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Le lanceur Karl Gélinas s’installera sur le monticule pour une 13e saison dans l’uniforme des Capitales de Québec, tout en portant le chapeau d’entraîneur des lanceurs pour une troisième année consécutive. Outre sa grande expérience dans la Ligue Can-Am, c’est sa nationalité qui le distingue de ses coéquipiers.

Gélinas est, en fait, le seul joueur de la Belle Province faisant officiellement partie de l’équipe. «Ça me fait un petit velours, je suis honoré d’être le seul Québécois dans l’équipe », a avoué le vétéran en entrevue au Stade Canac, ajoutant à la blague qu’il peut parler avec le gérant, Patrick Scalabrini, si le désir d’échanger en français se fait sentir.

Une denrée rare

Gélinas a rappelé qu’il y a très peu de joueurs du Québec qui ont joué pour les Capitales dans les dernières années. Pourtant, dans la dernière décennie, Baseball Québec a connu une croissance constante et considérable.

Pour Scalabrini, ce n’est qu’une question de temps avant que plus de Québécois n’atteignent le marché des ligues indépendantes. «Présentement, il y a un nombre record de jeunes d’ici dans les collèges américains, on est seulement à la fin d’un creux de vague.»

Et après?

Le vétéran lanceur pense de plus en plus à son après-carrière. Même si l’homme de 36 ans a annoncé qu’il comptait lancer jusqu’à 40 ans, il reste ouvert d’esprit quant aux offres qui pourraient se présenter à lui. «Cet hiver, Éric Gagné m’a appelé pour me proposer un poste d’entraîneur avec les Rangers du Texas, dans les mineures. Pour l’instant, je veux continuer de lancer, mais je ne ferme pas la porte complètement aux opportunités.»