/sports/baseball/capitales
Navigation

Capitales: Scott Richmond est fraîchement arrivé à Québec

Capitales: Scott Richmond est fraîchement arrivé à Québec
Photo d'archives REUTERS, Mark Blinch

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Peu de temps après avoir débarqué dans la Vielle Capitale avec un drapeau canadien fièrement accroché à son sac, l’ancien lanceur des Blue Jays de Toronto Scott Richmond a eu l’occasion de rencontrer ses nouveaux coéquipiers, mardi après-midi au Stade Canac.

Lors de ses quatre saisons passées dans la Ville Reine, Richmond a côtoyé plusieurs grands joueurs de baseball, dont Roy Halladay, Jose Bautista, Edwin Encarnacion et compagnie. L’artilleur droitier de 39 ans apportera sans aucun doute un coup de pouce au monticule déjà bien garni des Capitales en raison de son impressionnante feuille de route. 

«C’est un cheval qui est capable de lancer 100 manches par année. Il a un long C.V. et il a eu du succès dans les niveaux supérieurs. Je suis très content de l’avoir parmi nous», avait signalé le gérant des Capitales, Patrick Scalabrini, au moment de faire son acquisition. 

«Je vois chaque saison comme une nouvelle aventure. Peu importe où je vais me retrouver, je vais faire de mon mieux et me préparer de la même manière. Quand tu vieillis, tu ne lances pas aussi fort qu’avant, tu fais les choses différemment, mais ton niveau de compétition reste le même, a confié le vétéran de 14 saisons dans le baseball professionnel qui compte partager son expertise aux plus jeunes joueurs de l’équipe. Si mes coéquipiers ont des questions, je vais m’assurer de les aider autant que je le peux.» 

Une amitié de longue date 

Le grand gaillard de 6 pi et 5 po n’est pas arrivé à Québec dans l’inconnu. Près de trois mois avant qu’il dépose sa signature sur le document officialisant sa venue avec les Capitales, son bon ami Dustin Molleken avait fait de même. Il s’agissait d’une occasion rêvée pour les deux lanceurs d’être réunis à nouveau, eux qui ont porté les couleurs d’Équipe Canada ensemble. 

Les deux acolytes sont tombés sous le charme de la ville de Québec au point où ils ont eux-mêmes offert leurs services au gérant des Capitales, Patrick Scalabrini. 

«Nous sommes de très bons amis et c’est plaisant d’être réunis dans la même équipe. Il amène beaucoup d’énergie au sein d’un vestiaire et il est très agréable à côtoyer», s’est réjoui Richmond. J’ai entendu de belles choses à propos de la ville de Québec et j’ai donné un coup de fil à Patrick [Scalabrini] pour savoir s’il y avait une opportunité de jouer avec les Capitales cet été. Je suis excité d’être ici et j’ai hâte de me mettre au boulot», s’est exclamé Richmond.