/news/politics
Navigation

Un enseignant qui porte un signe religieux: de la publicité auprès des élèves

Un enseignant qui porte un signe religieux: de la publicité auprès des élèves
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Un enseignant qui affiche ses convictions religieuses fait de la publicité et de la promotion auprès des élèves, estime le groupe Pour le droit des femmes du Québec.

«C’est de l’affichage, afficher une opinion, afficher un logo de magasin, c’est de la publicité, c’est de la promotion. Même si c’est passif, c’est actif d’une certaine façon parce que l’élève regarde l’enseignant», a confié mardi la représentante de l’organisation, Diane Guilbault, première intervenante de la commission parlementaire sur le projet de loi 21 sur la laïcité de l’État.  

Elle signale que par le passé, la présence d’un crucifix accroché au mur d’une classe a été jugée attentatoire à la liberté de conscience des élèves. «Si ce crucifix est attentatoire à la liberté de conscience des enfants, on peut penser que le signe qui est affiché par un enseignant ou une enseignante est lui aussi attentatoire à (leur) liberté de conscience», a-t-elle insisté.  

Diane Guilbault estime que le projet de loi caquiste interdisant les signes religieux chez les employés de l’État en position d’autorité est «un pas dans la bonne direction». Selon le groupe, cette interdiction devrait s’étendre à l’ensemble du personnel des écoles primaires et secondaires.  

Jolin-Barrette se défend d’avoir travesti le rapport Bouchard-Taylor  

Un enseignant qui porte un signe religieux: de la publicité auprès des élèves
Photo Simon Clark

Le ministre Simon Jolin-Barrette a affirmé mardi que son gouvernement n'a pas l'intention de reculer. Il s’est défendu d’avoir travesti le rapport Bouchard-Taylor.  

Le sociologue Gérard Bouchard et le philosophe Charles Taylor, qui participent cette semaine aux consultations, critiquent sévèrement le projet de loi 21 sur la laïcité de l’État.   

Le ministre de l’Immigration, de la Diversité et l’Inclusion soutient qu’il s’est pourtant inspiré de ce rapport produit en 2008, au terme d’une vaste consultation publique sur les accommodements religieux.   

«Ça reprend de grands pans du rapport Bouchard-Taylor, on a ajouté les enseignants, les directeurs d’école, c’est vrai que ce n’était pas présent dans le rapport Bouchard-Taylor. Nous, notre position a toujours été très claire à ce niveau-là», s’est défendu le ministre Jolin-Barrette.  

Pour le Parti québécois, le projet de loi va dans la bonne direction, mais doit aller encore plus loin. Le chef intérimaire Pascal Bérubé souhaite qu’on interdise aussi aux enseignants des écoles privées subventionnées et aux éducatrices en CPE d’afficher leur conviction religieuse.   

Libéraux et solidaires estiment pour leur part que le plan de la CAQ pour la laïcité répond à un problème qui n’existe pas.  

Même si des candidats potentiels à la chefferie du PLQ sont en faveur du compromis Bouchard-Taylor, la députée Hélène David défendra la position traditionnelle libérale, à savoir la défense des droits individuels.  

Alors que Québec solidaire a milité plusieurs années pour l’interdiction des signes religieux chez les employés de l’État en position de coercition, les militants solidaires ont choisi récemment de changer de position.  

Le député Sol Zanetti est donc arrivé aux consultations sur le projet de loi 21 en ayant la ferme intention de s’opposer au texte de la CAQ et de défendre le droit à tous de pouvoir afficher leur conviction religieuse. «On va faire des amendements pour que le moins de personnes au Québec voient leurs droits brimés», a-t-il dit.  

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions