/finance/business
Navigation

Achat d’Air Transat: Fitzgibbon prêt à aider une entreprise pour garder le siège social

Le ministre de l'Économie, Pierre Fitzgibbon
Photo Simon Clark Le ministre de l'Économie, Pierre Fitzgibbon

Coup d'oeil sur cet article

 QUÉBEC – Le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, est prêt à aider financièrement une entreprise à acquérir Air Transat si celle-ci s’engage à garder le siège social et les emplois au Québec. 

 «Nous avons comme objectif que la compagnie reste au Québec, que les emplois soient protégés. On va participer au financement si c’est demandé», a indiqué sans détour le ministre de l’Économie, lors d’une mêlée de presse, aujourd'hui. 

  • Pierre Karl Péladeau était l’invité de Mario Dumont sur QUB radio: 

 Notre Bureau d’enquête révélait aujourd'hui que le magnat de l’immobilier Vincent Chiara et l’homme d’affaires Pierre Karl Péladeau étaient intéressés par l’achat du transporteur et voyagiste québécois Air Transat. 

 Les «formes d’assistance» à l’entreprise peuvent être «multiples», a indiqué M. Fitzgibbon. Une subvention est cependant exclue, parce que l’entreprise n’est pas déficitaire. Un prêt à taux avantageux ou l’achat de parts par investissement sont des possibilités. 

 Le gouvernement se dit d’ailleurs prêt à appuyer une entreprise québécoise qui participerait à une surenchère pour acheter Air Transat si cela permettait de garder le siège social au Québec. Mais «il faut être prudent, quand même, de ne pas mettre d’argent si le prix n’a pas d’allure», a-t-il précisé. 

 D’autres sur les rangs 

 M. Fitzgibbon a par ailleurs indiqué qu'il y avait plus de deux éventuels acquéreurs québécois, mais il n’a pas voulu révéler leur identité. 

 «Je parle à beaucoup de monde. Je parle à d’autres personnes aussi», a-t-il dit, sans préciser le nombre d’acheteurs potentiels. 

 D’ailleurs, il n’est pas surpris de l’engouement que suscite la vente de l’entreprise. 

 «C’est une marque qu’on affectionne beaucoup, au Québec. C’est un [secteur d’activité], par contre, qui n’est pas facile; il y a beaucoup de monde qui ont eu des échecs, là-dedans! C’est pour adultes avertis. Je ne m’attends pas à avoir 25 acheteurs pour ça», a-t-il indiqué. 

 Une seule chose importante 

 À l’instar de son ministre, François Legault a rappelé qu'il est important que l’entreprise qu’il a fondée en 1986 reste au Québec. 

 «Pour moi, il n’y a qu’une seule chose qui est importante: garder le siège social au Québec. [...] Je suis ouvert à tous les acheteurs», a indiqué le premier ministre lors d’une mêlée de presse. 

 «On va tout faire pour aider, même financièrement, un acheteur potentiel qui voudrait garder le siège social au Québec», a-t-il ajouté.