/news/transports
Navigation

Le projet de tramway à 3 milliards compromis, selon Legault

Le gouvernement Legault songe à « un plan B » si Ottawa refuse de revoir son offre

Devant les maires et mairesses de l’Union des municipalités réunis à Québec, François Legault a écarté définitivement la possibilité de financer le tramway à même le Fonds de la taxe sur l’essence fédéral, que le gouvernement Trudeau a doublé dans son dernier budget. « Le 504 M$ [additionnel], il va servir à l’ensemble des municipalités », a assuré le premier ministre.
Photo Simon Clark Devant les maires et mairesses de l’Union des municipalités réunis à Québec, François Legault a écarté définitivement la possibilité de financer le tramway à même le Fonds de la taxe sur l’essence fédéral, que le gouvernement Trudeau a doublé dans son dernier budget. « Le 504 M$ [additionnel], il va servir à l’ensemble des municipalités », a assuré le premier ministre.

Coup d'oeil sur cet article

Il faudra trouver « un plan B » si Ottawa refuse de réviser son offre de financement pour le projet de tramway à Québec, a prévenu le premier ministre François Legault, qui envisage la possibilité d’en revoir l’ampleur pour réduire la facture estimée à 3 G$.

Après avoir semé l’espoir, en début de journée, le chef caquiste a suscité colère et déception chez les plus ardents défenseurs du projet de réseau structurant de transport en commun à Québec.

M. Legault a d’abord affirmé, devant les maires et mairesses de l’Union des municipalités du Québec (UMQ) réunis en congrès, que son gouvernement allait « trouver une solution » pour que le projet de tramway voie le jour.

Le premier ministre a finalement donné l’heure juste un peu plus tard, devant la presse parlementaire.

«On a commencé à avoir des discussions avec le directeur général de la Ville de Québec, et ce qu’on regarde actuellement, c’est de préparer un plan B, a-t-il rapporté [...] Il y a deux possibilités : notre premier choix, c’est que le fédéral revienne sur sa position et ajoute un 800 M$, sinon, on va être obligés de regarder la possibilité de réduire le coût du projet.»

À défaut d’un changement de position clair à Ottawa, tout porte à croire que la réalisation du projet sera retardée, comme le craint depuis des mois le maire Régis Labeaume.

«Écoutez, actuellement, on n’est pas pour démarrer un projet qui n’est pas totalement financé, ça serait irresponsable», a signalé le premier ministre.

«On a commencé à avoir des discussions avec le directeur général de la Ville de Québec, a-t-il rapporté.»

Legault croit faire «sa part»

La façon de financer ce projet fait l’objet d’une chicane fédérale-provinciale depuis l’arrivée de la CAQ au pouvoir.

Selon une entente de distribution des fonds fédéraux destinés aux projets d’infrastructure signée en juin 2018, sous le gouvernement Couillard, seulement 400 M$ reviennent à la Ville de Québec à même l'enveloppe réservée au transport en commun.

Pour boucler le financement du projet, Ottawa souhaitait que Québec puise 800 M$ dans une autre enveloppe, celle-là réservée aux infrastructures vertes, mais le gouvernement Legault refuse, puisque d’autres municipalités comptent sur ces fonds pour d’autres projets.

Devant les maires et mairesses de l’Union des municipalités réunis à Québec, François Legault a écarté définitivement la possibilité de financer le tramway à même le Fonds de la taxe sur l’essence fédéral, que le gouvernement Trudeau a doublé dans son dernier budget. « Le 504 M$ [additionnel], il va servir à l’ensemble des municipalités », a assuré le premier ministre.
Photo Simon Clark

 

1,8 G$ et rien de plus

Même si «toutes les solutions sont envisagées», M. Legault n’entend visiblement pas investir davantage que les 1,8 G$ déjà confirmés par son gouvernement.

«C’est parce qu’il y a une question d’équité aussi: si je donnais plus que 1,8 G$ à Québec, bien il y a d’autres villes qui seraient en droit de demander l’équivalent», a-t-il souligné.

Le chef caquiste préfère donc «trouver une solution à l’intérieur des budgets» actuels. «Donc on va discuter avec la Ville de Québec. [...] Avec le 1,8 G$ (du gouvernement du Québec) et le 400 M$ du gouvernement fédéral, est-ce que c’est possible (de construire un tramway), comment c’est possible, puis quelle sorte de projet», a expliqué M. Legault.

Devant les maires et mairesses de l’Union des municipalités réunis à Québec, François Legault a écarté définitivement la possibilité de financer le tramway à même le Fonds de la taxe sur l’essence fédéral, que le gouvernement Trudeau a doublé dans son dernier budget. « Le 504 M$ [additionnel], il va servir à l’ensemble des municipalités », a assuré le premier ministre.
Photo Simon Clark

 

Ce qu’ils ont dit

«S'il y avait une réelle volonté politique [...], le problème du financement du tramway à Québec serait réglé. [...] Le premier ministre cherche tout simplement à gagner du temps parce qu'il ne veut rien savoir de ce projet.»

— Pierre Arcand, chef intérimaire du PLQ

«Il vient un moment donné où, quand ça fait plusieurs fois qu’on répète qu’on est au rendez-vous, que l’argent est là [...], qu’on a offert plusieurs solutions à Québec, c’est à eux de décider.»

— François-Philippe Champagne, ministre fédéral de l’Infrastructure

«C’est frustrant. [...] Ça m’enrage vraiment au plus haut point. [...] Profite-t-il de l’absence du maire Labeaume pour atrophier le projet - ou le faire mourir - afin de libérer les fonds pour le 3e lien?»

— Catherine Dorion, députée solidaire de Taschereau

«C’est un peu le chat qui sort du sac. [...] Clairement, il n’est pas question à Québec de revoir notre projet à la baisse. Ce n’est pas parce que M. Legault manque d’ambition ou s’est trompé dans son calcul politique qu’il faut que les gens de Québec paient.»

— Sébastien Proulx, député de Jean-Talon et porte-parole du PLQ pour la Capitale-Nationale

«C'est un projet trop important pour la grande région de Québec. Je suis convaincu qu'on va finir par trouver des solutions. Mais je trouve que c'est de bonne guerre que le gouvernement Legault mette un peu de pression sur le  gouvernement fédéral.»

— Gilles Lehouillier, maire de Lévis

«Réduire le projet, ça voudrait dire abandonner les banlieues et moins bien desservir la périphérie.»

— Alexandre Turgeon, directeur général du Conseil régional de l'environnement

«Il faut que le gouvernement québécois change son fusil d'épaule et révise sa position. C'est tout à fait inacceptable que Québec fasse les frais d'une guerre entre Québec et Ottawa.»

— Jean Rousseau, conseiller municipal (Démocratie Québec)

«Ça ressemble à une chicken game. Qui va pousser plus loin pour essayer de faire plier l'autre. On se bat avec le projet lui-même, avec sa réalisation. Je ne trouve pas que c'est une bonne façon de négocier.»

 — Étienne Grandmont, directeur général d'Accès Transports viables

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

 

Propos recueillis par Marc-André Gagnon, Émilie Bergeron, Stéphanie Martin et Jean-Luc Lavallée