/news/transports
Navigation

Tramway: la Ville de Québec refuse d’envisager un projet moins coûteux

Tramway: la Ville de Québec refuse d’envisager un projet moins coûteux
Photo courtoisie, Ville de Québec

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Québec refuse d’envisager une version plus modeste et moins coûteuse de son projet de transport collectif structurant, comme l’a évoqué le premier ministre François Legault jeudi.   

Renversé par les déclarations de M. Legault, le président du Réseau de transport de la Capitale, Rémy Normand, assure qu’il n’a reçu aucune demande officielle en ce sens.  

«On n’est pas dans cette dynamique-là. Il n’y a personne au gouvernement qui a demandé au bureau de projet, à la Ville ou au RTC quoi que ce soit, en terme de réduction du tracé, des investissements et des infrastructures, personne ne nous a demandé ça».  

«Double discours» du PM

En mêlée de presse au Centre des congrès, il a dénoncé le «double discours» du premier ministre qui s’était montré confiant, quelques heures plus tôt en matinée, de «trouver une solution» à la querelle Ottawa-Québec sur le financement du projet.  

«D’un côté, on nous dit qu’on a des solutions puis après ça, on nous dit que la solution, ça va être de demander à Québec de réduire son projet... On ne fera pas ça», a-t-il insisté, invitant M. Legault à préciser sa pensée. «Il a un discours de bonne heure le matin où il dit qu’on va trouver des solutions puis après il change de version. Quelle est la vraie version?»  

M. Normand rejette catégoriquement le plan B suggéré par le PM. Pas question de «ratatiner» le projet et d’amputer le budget de 3,3 milliards $ qui doit servir à financer un tramway, un tracé de trambus et de nouveaux parcours Métrobus sur voies dédiées.  

«C’est très décevant pour la Ville de Québec. On est en présence d’une guerre fédérale-provinciale. Les évènements de ce matin nous le confirment encore plus qu’on pouvait le soupçonner. On semble vouloir nous faire jouer dans ce film-là mais depuis le début, on dit qu’on ne fera pas ça mais c’est décevant qu’on essaie de se servir de la Ville de Québec», a-t-il critiqué.  

J«e vous rappelle qu’initialement, on a une entente de 3 milliards $ avec le gouvernement du Québec alors on travaille sur cette base-là (...) On ne peut pas dévier de notre route.»  

La faute à la Ville, dit Gosselin

Appelé à réagir aux derniers rebondissements, le chef de l’opposition à l’hôtel de ville s’est rangé du côté du premier ministre, condamnant l’attitude de M. Normand qui s’apparente à un «enfant dans un magasin de jouets» qui tape du pied. La Ville de Québec est responsable de son propre malheur, a-t-il dit en substance, pointant du doigt le manque d’ouverture de l’administration Labeaume et son empressement.

«Je suis totalement d’accord avec les propos du premier ministre Legault : ça serait complètement irresponsable d’aller de l’avant avec un projet alors que le financement n’est pas confirmé (...) Présentement, la Ville a un projet, elle l’impose, elle ne veut pas discuter, elle ne veut pas trouver des solutions et on est devant une impasse, pas à cause du gouvernement du Québec mais à cause de la Ville, c’est de leur faute», a martelé Jean-François Gosselin.

Le chef de Québec 21 a même dit craindre que la Ville finisse par se résigner à refiler une facture additionnelle de 800 M$ à ses contribuables. «Je commence à avoir peur de la fin de tout ça. Regardez ce qui s’est passé avec l’usine de biométhanisation ? On a joué dans un autre film aussi, celui de l’amphithéâtre... On nous disait que ça allait coûter 40 M$ maximum aux contribuables de la Ville de Québec puis finalement, ça a été 200 M$.»

Une véritable «bombe» selon Rousseau  

Le conseiller de Démocratie Québec, Jean Rousseau, estime que ce retournement de situation a l'effet d'une «bombe» à Québec.  

«On sacrifie la Ville de Québec parce qu'on est incapable d'en arriver à une entente avec le gouvernement fédéral. Il faut que le gouvernement québécois change son fusil d'épaule et révise sa position. C'est tout à fait inacceptable que Québec fasse les frais d'une guerre entre Québec et Ottawa.»  

M. Rousseau, qui a assisté au discours du PM à l'UMQ jeudi matin, déplorait le revirement effectué en quelques minutes. «Là ce que j'apprends, c'est qu'il semble baisser les bras, ce qui me surprend énormément. Ce n'est pas du tout dans l'esprit de ce qu'il exprimait ce matin.»  

Quant à l'équité avec les autres municipalités plaidé par M. Legault dans son refus de financer davantage que le 1,8 milliard $ promis, Jean Rousseau n'achète pas cet argument. «Je crois que le premier ministre doit réaliser que comme capitale nationale, il faut qu'on dote Québec d'un système de transport digne de ce nom. Comprenons-nous bien : ce que l'on fait à Québec profite à tous les Québécois.»  

– Avec la collaboration de Stéphanie Martin