/news/transports
Navigation

Tramway de Québec: Joël Lightbound tire à boulets rouges sur la CAQ

Coup d'oeil sur cet article

 Piqué au vif par le «plan B» évoqué par François Legault concernant le tramway à Québec, le député fédéral libéral Joël Lightbound accuse la CAQ d’avoir «orchestré de toutes pièces» l’actuelle chicane fédérale-provinciale sur le financement du projet.  

« Ce que j’invite M. Legault à faire, c’est de dire très clairement si le tramway n’est pas une priorité (pour son gouvernement), mais d’arrêter de se cacher derrière une chicane fédérale-provinciale qui est orchestrée de toute pièce dans ce dossier-là », a lancé le député fédéral de Louis-Hébert, en entrevue avec Mario Dumont, sur LCN.

Pour boucler la contribution du gouvernement du Canada au projet de réseau structurant de transport en commun de la Ville de Québec, « il ne manque pas 800 M$ », a dit M. Lightbound.

Il a rappelé que le gouvernement Trudeau « invite » Québec à piger cette somme de 800 M$ dans l’enveloppe « infrastructure verte » de l’entente fédérale-provinciale signée en juin 2018, «ce que le gouvernement précédent (de Philippe Couillard) avait l’intention de faire », a-t-il souligné.

La population « en paie le prix »

Selon les modalités de cette entente bilatérale, M. Lightbound a reconnu que seulement 400 M$ reviennent à la Ville de Québec à même l’enveloppe réservée au transport en commun.

Jeudi, M. Legault a lancé un pavé dans la marre en affirmant que « si le gouvernement fédéral insiste pour financer seulement 400 M$, bien on va être obligés de regarder pour réduire le coût du projet » de tramway dont la facture est estimée à 3 G$.

« Ce n’est pas une priorité pour le gouvernement caquiste et c’est malheureux, a déploré M. Lightbound. [...] C’est la population de Québec qui en paie le prix. »

Le député fédéral de Louis-Hébert a aussi rappelé que dans son dernier budget, le ministre des Finances, Bill Morneau, a augmenté de plus de 500 M$ les transferts aux municipalités prévenus dans le cadre du Fonds de la taxe sur l’essence fédéral. « Encore là, ce n’est pas assez », regrette M. Lightbound.

 

Obstruction systématique 

 

Il a également accusé le gouvernement caquiste de s’adonner à de « l’obstruction systématique » vis-à-vis un ensemble de projets qu’Ottawa aimerait appuyer financièrement.

Selon M. Lightbound, de l’arrivée des libéraux de Justin Trudeau au pouvoir, en 2015, jusqu’à l’élection de la CAQ à Québec, les deux paliers de gouvernements ont réussi à s’entendre sur le financement de 673 projets. Depuis l’élection de François Legault, « on a réussi à en approuver 6 », a-t-il dénoncé.

TVA Nouvelles a rapporté vendredi que le gouvernement Trudeau souhaitait bientôt annoncer une contribution financière de 52 M$ à deux importants projets d’infrastructures du Service de l’eau de la Ville de Montréal, mais le gouvernement de François Legault s’y serait opposé.

Bien qu’aucune contribution provinciale n’était exigée, sans l’accord de Québec, il est impossible pour le fédéral de faire un chèque à une municipalité.

Québec n’arrive pas non plus à s’entendre avec Ottawa pour attacher le financement du projet de prolongement de l’autoroute 19, au nord de Montréal.

« Chez moi, on a bloqué aucun projet du fédéral », s’est défendue la ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, en marge des Assises 2019 de l’Union des municipalités du Québec.

« Ce qu’on a parlé chez nous, c’est vraiment de négocier pour une entente globale, puis arrêter d’y aller au cas par cas », a-t-elle expliqué, en soulignant que les mécanismes de ce programme passent par sa collègue et ministre responsable des Relations canadiennes, Sonia LeBel.

 

– Avec TVA Nouvelles

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.