/news/health
Navigation

Les patients ne devraient pas se fier aveuglément à leur dentiste

A male dentist in uniform perform dental implantation operation on a patient at dentistry office.
Photo Adobe Stock Certains dentistes dépassent leurs compétences en s’improvisant spécialistes.

Coup d'oeil sur cet article

Les patients ne devraient pas se fier aveuglément à leur dentiste et ne pas hésiter à demander un deuxième avis, surtout lorsqu’il s’agit d’opérations complexes ou très dispendieuses.

« Un patient ne devrait jamais laisser quelqu’un improviser dans sa bouche », dit la présidente de la Fédération des dentistes spécialistes du Québec, Véronique Benhamou.

Dans sa clinique du centre-ville de Montréal, elle doit reprendre tous les jours des traitements faits par un de ses collègues dentistes et qui ont mal tourné.

L’appât du gain

Selon elle, certains dépassent leurs compétences en s’improvisant spécialistes, parfois par manque de connaissances, parfois pour faire plus d’argent.

« Il y a malheureusement certaines brebis qui sont perdues, qui sont prises par l’appât du gain. »

« Un dentiste peut faire tout ce qui touche la dentisterie dans les limites de ses connaissances. Mais ça veut dire quoi ? » déplore l’orthodontiste et professeur Claude Remise. « Les limites de ses connaissances, est-ce qu’il les connaît [le dentiste fautif] ? Pas nécessairement », poursuit-il.

C’est pourquoi, selon lui, l’Ordre est trop laxiste et pourrait imposer des balises plus sévères. La formation universitaire de trois ans et de 5000 heures ne se compare pas aux cours de 300 heures étirées en quelques fins de semaine, tranche-t-il.

Même s’ils ne représentent qu’une minorité, ils causent un tort important à la profession, croit son collègue, Jean-Marc Dumoulin. « Il y en a qui perdent leurs dents après un traitement de canal », donne en exemple l’orthodontiste.

Selon eux, il s’agit aussi d’un problème de connaissances de la part des patients. Même si les dentistes sont formés pour faire une multitude de traitements, ils n’ont pas tous le même degré d’expertise.

Il y a des dentistes généralistes et des dentistes spécialistes, un peu comme en médecine. « Le médecin de famille ne peut pas faire de chirurgie cardiaque. Tout le monde comprend ça. C’est un peu la même chose en dentisterie », explique la Dre Benhamou.

Certains dentistes trichent en s’affichant comme orthodontistes, sans en avoir la formation. Pour Jean-Marc Dumoulin, il vaut mieux vérifier auprès de l’Ordre la spécialité d’un dentiste. « On ne devrait jamais se fier à Google. Il y en a même qui utilisent le logo de l’Association des orthodontistes sans en être vraiment », indique-t-il.

Sous le couvert de l’anonymat, un orthodontiste confie que ses collègues et lui hésitent à dénoncer publiquement les dentistes dépassant leurs limites puisqu’ils dépendent quand même de leurs références pour bâtir leur clientèle.

Des dentistes « cowboys »

Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de spécialistes « qui sont cowboys », reconnaît toutefois Jean-Marc Dumoulin.

D’où l’importance de consulter plus d’un dentiste dans le cas de traitements complexes. Les deux dentistes disent qu’il ne faut pas seulement s’arrêter au prix, mais prendre le temps de bien s’informer avant d’accepter un traitement. C’est encore plus important qu’il existe souvent plusieurs solutions pour le même problème.

« Les patients devraient poser plus de questions. Plus la complexité augmente, plus le patient devrait poser de questions », conclut la Dre Benhamou.

– Avec Hugo Duchaine

Chacun sa spécialité

Endodontie

Les dentistes spécialisés en endo­dontie se concentrent sur les inflammations et infections dans les canaux des dents. Ils vont notamment faire des traitements de canal, mais également des interventions plus pointues. Ils travaillent la plupart du temps avec un microscope dentaire. Un endodontiste doit suivre une formation de deux ou trois ans après avoir terminé ses études en dentisterie.

Parodontie

Le parodontiste se spécialise dans certaines maladies, comme la gingivite, qui touchent la gencive et le pourtour des dents. Les maladies inflammatoires de ce type sont la cause principale de la perte de dents chez les adultes. Le parodontiste peut aussi remodeler ou reconstruire des gencives endommagées.

Orthodontie

L’orthodontie vise à régler les problèmes d’alignement des dents et les problèmes de malocclusion. Pour y parvenir, l’orthodontiste utilise différents appareils. En plus d’améliorer l’aspect esthétique de la bouche, ce genre de traitement peut aider à la mastication et réduire les risques de carie et de maladie des gencives.

Prosthodontie

Le prosthodontiste se spécialise dans la restauration et le remplacement de dents manquantes. Dans l’équipe de soins dentaires, il est considéré comme l’architecte de la bouche du patient. Il travaille en collaboration avec d’autres spécialistes pour planifier des plans de traitement complets.

Chirurgien buccal et maxillo-facial

Ce spécialiste traite les blessures ou les anomalies de la mâchoire, des os du visage et des dents. Il peut s’agir de dents complexes à retirer ou encore de fractures complexes du visage. Après ses apprentissages en médecine dentaire, ce type de chirurgien doit suivre entre cinq et sept ans de formation supplémentaire. Ils travaillent, entre autres, avec d’autres spécialistes en milieu hospitalier.

Dentiste et chirurgien-dentiste : même chose

Les dentistes se font aussi appeler à l’occasion chirurgiens-dentistes. Il n’y a pas de différence entre les deux. Ils regroupent l’ensemble des dentistes qui ont une formation générale de base en dentisterie.

 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions