/opinion/columnists
Navigation

L’enseignant: une figure d’autorité

Coup d'oeil sur cet article

Dans le débat qui se mène et s’achève sur la laïcité, on en trouve certains pour se demander si les enseignants sont véritablement des figures d’autorité. Ils font semblant de tourner le problème de tous les côtés, avant de généralement en conclure qu’ils ne le sont pas.

Comment ne pas voir là une forme prononcée de déni de réel ? Car si un enseignant n’incarne pas de manière exemplaire l’autorité, qui l’incarne ?

Savoir

Dans une vie humaine, l’enseignant représente la première figure d’autorité objective extérieure à la famille. Il incarne la société. Il transmet le savoir jugé nécessaire pour faire de l’enfant un adulte et un citoyen.

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Son autorité n’est pas relative. Qu’on l’aime ou non, qu’il soit charismatique ou ennuyant comme la pluie, on doit respecter son autorité, ou du moins, lui obéir. Son autorité lui vient de sa fonction et de la compétence particulière qu’on lui prête dans un domaine.

Dès lors, on lui demande d’être neutre dans l’expression de ses préférences politiques, idéologiques ou spirituelles. L’enseignant indépendantiste est invité à ne pas porter un t-shirt sur lequel serait écrit : Vive le Québec libre. L’athée, quant à lui, est invité à ne pas en porter sur lequel serait écrit : Dieu n’existe pas.

Pourquoi les signes religieux ostentatoires devraient-ils profiter d’un traitement particulier, comme s’ils valaient mieux que les autres ?

Voile

Et la question du voile se pose clairement. Qu’on le tolère est une chose – nous sommes une société libérale, après tout. Qu’on le normalise et que l’État travaille à sa banalisation en est une autre.

Du point de vue de notre civilisation – et nous sommes quand même en droit de le privilégier –, il représente à la fois une ségrégation sexuelle contre les femmes et un refus de s’intégrer à la société d’accueil. Il est normal qu’il ne trouve pas sa place dans le corps enseignant.