/weekend
Navigation

Théâtre de Quat’Sous: poser un regard différent

Coup d'oeil sur cet article

Cette année, le Théâtre de Quat’Sous veut changer la perception des choses des spectateurs. En examinant sa prochaine saison théâtrale, on comprend vite que le Théâtre souhaite modifier les idées reçues à travers ses pièces. C’est principalement sous les thèmes de la mutation et de la transformation que les textes ont été choisis, lesquels une fois mis en scène, pourraient bien bousculer certains spectateurs.

L’Énéide

Photo courtoisie, John Londono

On ouvrira la saison avec une pièce mettant en lumière la crise migratoire. « Elle est toujours d’actualité », estime Olivier Keimeid, qui en signe le texte et la mise en scène. D’ailleurs, sa création, relatant notamment l’histoire familiale de son grand-père, qui a quitté l’Égypte au moment de la Révolution de 1952, a été traduite en plusieurs langues et a été montée dans plusieurs théâtres à travers le monde au cours des dix dernières années. Une nouvelle distribution, composée de dix comédiens provenant de divers horizons, sera réunie sur scène pour évoquer, entre autres, la crise syrienne, tout en suivant un homme qui cherche une terre pour son fils.

►Dès le 3 septembre 2019

Le ravissement

Photo courtoisie, John Londono

On poursuivra la saison avec une mise en scène de Claude Poissant et une création contemporaine d’Étienne Lepage. « C’est aussi une pièce sur la transformation, puisque l’on suit une adolescente qui devient une jeune femme », annonce Olivier Keimeid, qui en est à sa troisième saison à la direction artistique du Théâtre de Quat’Sous. On la verra se questionner à savoir si elle souhaite jouer le rôle que l’on voudrait lui imposer dans la société avant de se rebeller. « C’est très cruel pour cette jeune femme qui va se faire broyer », ajoute-t-il.

►Dès le 22 octobre 2019

Éclipse

Photo courtoisie, John Londono

En début d’année, ce sera au tour de Marie Brassard d’évoquer la transformation, avec sa création et sa mise en scène où il sera question du mouvement artistique de la Beat Generation des années 1950 qui a, d’une certaine manière, transformé le cours de l’histoire. « Elle s’inspire, pour créer sa pièce, d’un recueil de poésie de femmes de la Beat Generation qui ont été les précurseurs d’un mouvement de libération des mœurs, révèle le directeur artistique. Ces femmes ont souvent eu un destin tragique. » Quatre comédiennes composant la distribution sortiront ces femmes de l’oubli au fil d’un post-mortem.

►Dès le 21 janvier 2020

Courir l’Amérique

Photo courtoisie, John Londono

On voyagera ensuite à travers le pays, de Caraquet à Vancouver, sur une trame historique, avec une pièce inspirée des livres Ils ont couru l’Amérique et Elles ont fait l’Amérique de Serge Bouchard et Marie-Christine Lévesque. « On se questionne à savoir qui sont ces coureurs et explorateurs », indique Olivier Kemeid qui ajoute que l’on tentera de recoller les pans de notre mémoire collective. C’est le Théâtre PÀP qui propose ce road trip théâtral avec Alexandre Castonguay et Patrice Dubois.

►Dès le 3 mars 2020

Trois autres pièces

Photo courtoisie, Yanick Macdonald

La pièce Le Tigre bleu de L’Euphrate de Laurent Gaudé, mettant en vedette Emmanuel Schwartz, qui a été présentée à guichets fermés la saison dernière, sera de nouveau à l’affiche en novembre. En avril, ce sera la pièce À quelle heure on meurt ? de Réjean Ducharme qui prendra l’affiche. Gilles Renaud et Louise Turcot formeront le couple mythique sur les planches.

La saison du Quat’Sous sera clôturée par la reprise de Hidden Paradise en mai.