/weekend
Navigation

Gala Artis 2019: pareil pas pareil

Gala Artis 2019
Photo courtoisie, Max Abidian

Coup d'oeil sur cet article

Sur papier, la Soirée Artis de dimanche pourrait ressembler à celle de 2018. En effet, les deux galas possèdent les mêmes animateurs, les mêmes auteurs et – presque – les mêmes finalistes. Mais en creusant un peu plus, on décèle des indices qui laissent présager une édition 2019 différente. Notamment en raison du contexte dans lequel la cérémonie a pris forme, ce printemps.

À pareille date l’an dernier, le mouvement #moiaussi défrayait la chronique en marge des nombreux scandales de harcèlement et d’agression sexuelle qui éclataient en cascade. Le débat entourant l’égalité et l’équité homme-femme (notamment par rapport au salaire) faisait également rage.

En entrevue au Journal en plein blitz de préparatifs, Maripier Morin et Jean-Philippe Dion racontent qu’ils avaient laissé ces grands sujets d’actualité « orienter » la direction du gala. Cette année, par contre, c’est une autre histoire.

« Quand on est arrivés et qu’on s’est demandé ce qu’on devait retenir des douze derniers mois, c’était difficile parce qu’il n’y avait aucun courant aussi fort », explique Jean-Philippe Dion, qui remplit également les fonctions de producteur au contenu.

« On avance, déclare Maripier Morin. On n’a pas besoin de rebrasser les histoires. Je pense qu’il y a eu un virage. C’était un virage important à prendre. Mais ce n’est pas nécessaire qu’on en reparle. On regarde droit devant, pis on fonce. »

Organisateurs de party

L’équipe derrière la cérémonie a également subi quelques transformations. Trop accaparé à chapeauter La Voix pour reprendre son poste de réalisateur, Jean-François Blais a été remplacé par Daniel Vigneault (1res fois), tandis que Josée Fortier s’est jointe au groupe à titre de conseillère à la mise en scène.

L’objectif de Maripier et Jean-Philippe demeure toutefois inchangé : être au service des finalistes. « Ce n’est pas le gala de Maripier et Jean-Philippe, insiste l’animateur. C’est le gala des nommés. On s’est donné le rôle d’organisateurs de party. C’est ce qu’on a compris l’an dernier. On avait envoyé un questionnaire à tous les finalistes pour mieux connaître leurs goûts. C’est pour ça qu’on avait invité Loud et Charlotte Cardin, entre autres. Cette année, on a un peu fait la même chose. On leur a envoyé un nouveau questionnaire, puis on est parti de leurs réponses pour concevoir la soirée. »

C’est ainsi que Patsy Gallant, Mario Pelchat­­­, Les sœurs Boulay, Véronique Claveau, Olivier Dion, Émile Proulx-Cloutier et Team White (les gagnants de Révolution) participeront aux festivités.

« Faire un deuxième gala, autant ça vient avec un stress de moins parce que tu sais dans quoi tu t’embarques, autant tu veux surprendre le monde en arrivant avec quelque chose de nouveau », lance Jean-Philippe Dion, qui avoue passer son temps à changer d’idée.

« Je ne veux jamais qu’on s’assoie sur une idée parce qu’elle est confortable, précise le bourreau de travail. Je veux m’assurer que c’est la meilleure. J’ai le goût que ce soit parfait. »

Une fois, c’est assez !

S’il n’en avait tenu qu’à Maripier Morin, deux autres personnes auraient piloté les 34es Prix Artis. Initialement, l’animatrice n’avait pas envie de répéter l’expérience en raison du bilan positif qu’elle dressait du gala de 2018.

« Je voulais sortir au top, confie-t-elle. Pour moi, c’était : on l’a fait une fois, ça s’est bien passé, on laisse ça d’même ! Parce que c’est tellement risqué d’animer une cérémonie de remise de prix. Ça peut mal se passer. C’est stressant. C’est beaucoup de temps et d’énergie. »

Maripier Morin affirme effectivement avoir « tout aimé » du 33e gala. Parmi les bons coups, elle mentionne les remerciements de plusieurs gagnants, dont Sarah-Jeanne Labrosse et Magalie Lépine-Blondeau. Lauréate du trophée Artiste émission jeunesse, la première avait notamment rendu un vibrant hommage au jeune public. Gagnante du prix Personnalité féminine à la toute fin de l’émission, la seconde avait candidement avoué qu’elle était « un peu » pompette.

« C’était le fun de voir Magalie un peu éméchée au micro ! se rappelle l’animatrice. C’est le genre de choses qui vient dynamiser une soirée. Et c’est la preuve qu’on ne peut pas tout contrôler. Comme animateurs, on fait du mieux qu’on peut, et après, on prie le Saint-Esprit ! »


♦ TVA présente les 34es Prix Artis dimanche à 20 h en direct du Théâtre Denise-Pelletier à Montréal.


♦ La cérémonie sera précédée, à 19 h, d’une émission Tapis rouge animée par Anouk Meunier, Patrice Bélanger et Sabrina Cournoyer.