/news/transports
Navigation

Piste cyclable sur l’estacade du vieux pont Champlain: poursuite de 3 M$ pour travaux bâclés

La piste cyclable était ondulée, allègue la société qui gère la structure

La piste cyclable de l’estacade du vieux pont Champlain (à gauche) présenterait des défauts de roulement et aurait besoin de travaux correctifs, selon la poursuite.
Photo courtoisie La piste cyclable de l’estacade du vieux pont Champlain (à gauche) présenterait des défauts de roulement et aurait besoin de travaux correctifs, selon la poursuite.

Coup d'oeil sur cet article

Non seulement la nouvelle piste cyclable située sur l’estacade du vieux pont Champlain aurait été mal conçue, mais les entreprises chargées de surveiller la qualité de construction n’auraient pas fait leur travail, allègue une poursuite.

La société qui gère l’estacade du pont Champlain demande à ce que six entreprises payent près de trois millions $ pour corriger des travaux réalisés il y a à peine cinq ans, selon une requête récemment déposée en Cour supérieure à Montréal.

Les contrats initiaux visaient la réparation et le renforcement du tablier de l’estacade ainsi que la construction d’une nouvelle piste cyclable dessus.

Or, plusieurs plaintes auraient été formulées dès l’ouverture de la piste, le 20 mai 2016, selon des documents de cour. Elle présenterait notamment des ondulations à intervalles réguliers.

Risque pour la sécurité

La poursuite, déposée par Les Ponts Jacques Cartier et Champlain, vise tant les entreprises qui ont œuvré à la conception et à la fabrication qu’au contrôle de la qualité de cette structure qui relie la Rive-Sud à Montréal.

« Non seulement ces ondulations et changements abrupts de pentes rendent la circulation à vélo très inconfortable, mais elles présentent un risque pour la sécurité des usagers, tel que preuve sera faite lors de l’audition », indique-t-on.

Négligence

On reproche notamment à la société de génie-conseil Stantec Expert-Conseils, qui devait procéder à la conception détaillée et à l’élaboration des dessins et devis, d’avoir été négligente en validant un concept de structure qualifié de déficient.

Le Groupe TNT, qui a exécuté les tâches, ainsi que le consortium Exp-Smi qui devait s’assurer de la qualité des travaux sont également ciblés.

La poursuite allègue qu’elles auraient dû détecter les ondulations et changements de pente pendant l’exécution des travaux.

Groupe Qualitas, maintenant SNC-Lavalin GEM Québec, passe aussi dans le tordeur, entre autres parce que l’entreprise aurait observé des déformations de la plaque de roulement lors du contrôle de la qualité en usine, sans faire le suivi nécessaire avant l’installation sur le terrain.

Frais pour les correctifs

Les services Exp inc. et les consultants SM inc. sont aussi visés par le gestionnaire de l’estacade.

Le montant réclamé de 2,8 M$ correspond au coût estimé des travaux correctifs, incluant la surveillance, les frais de laboratoire et d’ingénierie, tout comme les frais administratifs liés aux appels d’offres.