/sports/baseball/capitales
Navigation

Retour aux sources pour Patrick Scalabrini

Coup d'oeil sur cet article

Le gérant des Capitales de Québec, Patrick Scalabrini, a vu le jour le 7 mars 1977 à Waterville, une petite municipalité de l’Estrie tout près de Coaticook, où ont joué les Capitales dimanche après-midi. Il est retourné avec son équipe, là où tout a commencé pour lui dans le monde du baseball.

Les Capitales poursuivaient leur tournée de matchs hors-concours dans les stades de baseball de la province. Après un arrêt à Sainte-Marie en Beauce, samedi après-midi, c’était cette fois-ci du côté de Coaticook, en Estrie, que la formation québécoise continuait son camp d’entraînement.

«Je suis allé à l’école secondaire à Coaticook. Mon baseball, je l’ai plus fait à Lennoxville et Sherbrooke», a mentionné le gérant des Capitales. «C’est spécial de revenir ici, car je connais les gens de l’organisation du baseball mineur de la région et ça me fait plaisir de les aider à ma façon. C’est dans ce coin de la province que j’ai découvert mon amour pour le baseball.»

Pour le baseball mineur

Cette rencontre préparatoire face aux Champions d’Ottawa a été organisée par l’Association de baseball mineur de Coaticook.

Ce troisième match présaison des Capitales contre les Champions servait à amasser des fonds pour l’Association de baseball mineur à des fins de formation d’entraîneurs et d’arbitres, ainsi que pour l’achat de nouveaux uniformes.

«Nous sommes souvent courtisés pour ce genre d’événement, et quand nous pouvons, ça nous fait toujours plaisir d’aider la montée du baseball au Québec. Les Capitales ont une certaine responsabilité», a souligné le gérant, qui débute sa 10e saison à la barre de l’équipe.

L’impact des Capitales

«Partout au Québec, le baseball est plus en santé. D’une certaine façon, notre travail est de promouvoir le sport avec l’aide des Aigles (de Trois-Rivières, l’autre formation québécoise de la ligue Can-Am) et des différentes associations de baseball mineur de la province», a noté Patrick Scalabrini.

«Je pense que nous sommes [les Capitales] une des raisons principales de la progression du baseball au Québec, avec tout ce que nous avons fait depuis 20 ans.»

Accueil chaleureux

L’entraîneur des Capitales a été plus applaudi que ses propres joueurs durant la présentation d’avant-match, un fait rarissime dans le monde sport.

«Quand nous sommes venus jouer à Coaticook, il y a quelques années, j’avais été le plus applaudi, et ça a été encore le cas aujourd’hui. Pourtant, je n’ai frappé et lancé aucune balle!» a-t-il souligné, en riant.