/sports/soccer/impact
Navigation

Garber admet l’erreur d’arbitrage

Le commissaire n’offre cependant pas d’excuses officielles à l’Impact

Coup d'oeil sur cet article

Rémi Garde avait raison d’être furieux après le match contre le FC Cincinnati, samedi. Une décision arbitrale a coûté un but à son équipe en fin de première demie. 

Et c’est le commissaire de la MLS, Don Garber, qui lui a donné raison lundi en marge d’un dîner-conférence du Cercle canadien. 

«Ça n’a pas été facile sur le plan de l’arbitrage en fin de semaine, a admis le commissaire en conférence de presse, il y a eu une décision litigieuse. J’ai vu le jeu et je crois que l’entraîneur n’avait pas tort de penser qu’il y avait une erreur, ce n’est pas la première ni la dernière fois et je comprends sa frustration», a-t-il admis sans pour autant offrir d’excuses officielles de la part de la ligue. 

Rappelons que lors de la rencontre de samedi, Maximiliano Urruti a marqué pour créer l’égalité 1 à 1 en fin de première demie, mais le but a été refusé pour un hors-jeu même si toutes les images laissaient croire qu’il n’y en avait pas. L’officiel central, Joseph Dickerson, s’est fié au jugement de son collègue à la vidéo, Sorin Stoica. 

Une telle situation ne serait pas survenue en Ligue 1 française par exemple où le règlement stipule que «l’officiel central doit aller consulter les images sur le bord du terrain pour un but lorsque le hors-jeu est litigieux». 

Amélioration 

Ce n’est pas la première fois qu’on le mentionne, la qualité du jeu s’améliore trop rapidement pour celui de l’arbitrage dans la MLS et Don Garber aimerait régler ce problème. 

Il a d’ailleurs brassé la cage de PRO, l’organisme qui chapeaute les officiels Nord-Américains. 

«Personnellement, ça améliorerait l’expérience des officiels canadiens et américains d’amener des officiels de l’étranger. Cette opinion n’est pas partagée par le syndicat des arbitres. 

«Je trouve ça dommage quand il y a une erreur contre une équipe, mais PRO tend à devenir plus transparente, un peu comme la LNH qui a reconnu son erreur dans le dernier match entre Las Vegas et San Jose», a-t-il ajouté. 

Pas différent 

Dans sa tirade contre la MLS samedi, Rémi Garde a soutenu qu’il était temps que la ligue montre plus de respect envers son équipe. 

Don Garber était très au fait des commentaires du Français, mais a tenu à préciser que l’Impact n’était pas traité autrement. 

«C’est une équipe qui nous tient à cœur et la famille Saputo est importante pour nous. 

«Ce n’est pas la première fois qu’on entend ce genre de commentaire.» 

Histoire de cartes 

Par ailleurs, le commissaire a minimisé le problème des visas de travail pour les joueurs étrangers aux États-Unis, les fameuses cartes vertes. 

Depuis deux ans, les joueurs étrangers reçoivent rapidement leur visa de travail de sorte qu’ils n’occupent plus une place de joueur étranger qui sont, rappelons-le, limitées dans l’ensemble de la ligue. La résultante est que ces places coûtent plus cher quand une équipe canadienne tente d’en acquérir une par voie de transaction. 

«Quand on a une ligue sur deux pays, il y a des défis en ce qui concerne les visas de travail. 

«Je ne crois pas que les équipes canadiennes soient désavantagées, Toronto a été la meilleure équipe de l’histoire de la ligue [avec 69 points en 2017].» 

Le président de l’Impact, Kevin Gilmore, a soutenu que l’équipe devait elle-même s’occuper de régulariser la situation de ses joueurs étrangers qui sont avec l’équipe depuis quelques années. 

«Le processus est plus long ici et ça veut dire qu’il faut l’enclencher plus tôt.» 

Ainsi, Ignacio Piatti, qui est arrivé en 2014, pourrait ne plus occuper une place internationale si les démarches étaient faites. 

Calendrier toujours difficile 

L’Impact est l’équipe de la MLS qui a joué le plus de matchs, avec 13, dont une dizaine à l’étranger. 

La décision de ne plus jouer de matchs au Stade olympique explique en partie ce calendrier pénible en début de saison. 

«Le calendrier est difficile et c’est à cause de la température et ça ne s’améliorera pas à mesure que les matchs ouverture seront disputés plus tôt», a prévenu le commissaire de la MLS Don Garber. 

La saison de la ligue commence le premier week-end de mars et il est impensable que des matchs soient joués au stade Saputo quelques semaines avant l’arrivée du printemps. 

«Les matchs au mois de mars, c’est un enjeu, mais on doit regarder les solutions pour nous permettre d’accommoder des matchs au stade Saputo en mars», a reconnu le président de l’équipe, Kevin Gilmore. 

«Il y a plusieurs possibilités comme chauffer le gazon et les sièges. On regarde quel genre d’échéancier on peut avoir, mais au plus tôt on peut regarder à l’automne 2020.» 

Don Garber a clairement indiqué ce qu’il voudrait voir comme améliorations au stade Saputo. « J’aimerais voir un terrain chauffé et un toit. » 

Équipes consultées 

Rémi Garde s’est plaint, samedi, du calendrier imposé à son équipe qui avait joué en soirée à New York mercredi pour ensuite jouer en après-midi à Cincinnati, soit seulement une soixantaine d’heures plus tard alors que le standard est d’au moins 72 heures entre deux matchs. 

«Les équipes sont consultées dans la confection du calendrier», a toutefois indiqué Garber. 

Il a par la suite expliqué que les équipes soumettaient des dates et que la ligue élaborait le calendrier à partir de celles-ci. 

On ne sait toutefois pas pourquoi on a programmé autant de rencontres à l’étranger en début de saison. Le mystère reste entier. 

Vols nolisés 

Don Garber est au fait des problèmes vécus par l’Impact lors du déplacement en Nouvelle-Angleterre et croit qu’il y aura plus de vols nolisés dans le futur. 

Le problème, selon le commissaire, est que ce n’est pas tout le monde qui va voir la valeur de voyager strictement à bord de vols nolisés. 

«Si on dit à un joueur, on va te payer tel montant, mais en contrepartie, toutes les équipes auront des vols nolisés. Mais dans la prochaine entente, il va y avoir plus de vols nolisés, mais je ne sais pas si ça sera tous les déplacements.» 

C’est un dossier que va suivre de près le propriétaire de l’Impact, Joey Saputo, qui fait partie d’un comité de la ligue portant sur les vols nolisés.