/entertainment/movies
Navigation

La chanteuse et actrice américaine, Doris Day, est décédée à 97 ans

La chanteuse et actrice américaine, Doris Day, est décédée à 97 ans
WENN.com

Coup d'oeil sur cet article

La chanteuse et actrice américaine, Doris Day, vedette du cinéma hollywoodien des années 1960, est décédée lundi à 97 ans, a annoncé lundi sa fondation. Selon cette fondation consacrée à la défense des animaux, Doris Day, qui souffrait d’une pneumonie, est morte à son domicile en Californie.

«Près de 300 admirateurs se sont réunis à Carmel le mois dernier pour fêter l’anniversaire de Day. Elle était en excellente santé pour son âge, jusqu’à récemment quand elle a contracté une pneumonie, qui a conduit à sa mort», a annoncé la fondation dans un communiqué. 

La chanteuse et actrice américaine, Doris Day, est décédée à 97 ans
WENN.com

Née Mary Ann Von Kappelhoff en avril 1922, elle a accédé à la notoriété grâce à son interprétation du morceau Que sera, sera, dans le classique d’Alfred Hitchcock, L’Homme qui en savait trop (1956).

La chanteuse et actrice américaine, Doris Day, est décédée à 97 ans
WENN.com

Le morceau, signé Jay Livingston et Ray Evans, a même décroché l’Oscar de la meilleure chanson originale. 

La chanteuse et actrice américaine, Doris Day, est décédée à 97 ans
WENN.com

Très appréciée du public, Day a joué dans près de quarante films dans les années 1950 et 1960, touchant à tous les genres, mais excellant notamment dans les comédies et comédies musicales.

La chanteuse et actrice américaine, Doris Day, est décédée à 97 ans
WENN.com

Et elle a enregistré près d’une vingtaine d’albums. 

Citée comme modèle par des actrices comme Uma Thurman, elle était «l’actrice la plus sous-estimée à n’être jamais sortie de Hollywood», selon la célèbre critique américaine Molly Haskel.

La chanteuse et actrice américaine, Doris Day, est décédée à 97 ans
WENN.com

Son succès critique n’a cependant pas été à la hauteur de son succès populaire: Doris Day n’a reçu qu’une nomination aux Oscars dans sa carrière, pour Confidences sur l’oreiller (1959).