/news/provincial
Navigation

Grande Allée: la démolition de l’église Saint-Cœur-de-Marie «inévitable»

Le propriétaire demande au tribunal d’ordonner la destruction de l’édifice

L’église Saint-Cœur-de-Marie, sur la Grande Allée, est jugée dangereuse pour le public selon son propriétaire.
Photo Stevens Leblanc L’église Saint-Cœur-de-Marie, sur la Grande Allée, est jugée dangereuse pour le public selon son propriétaire.

Coup d'oeil sur cet article

Le propriétaire de l’église Saint-Cœur-de-Marie, sur la Grande Allée, demande au tribunal d’ordonner la démolition de l’immeuble «instable et dangereux» pour le public.

Le propriétaire de l’église désaffectée, Louis Lessard, a déposé lundi une demande à la Cour supérieure pour forcer la main de la Ville de Québec et de la Régie du bâtiment du Québec, maintenant mise en cause dans ce litige.

Selon le demandeur, la Régie a le pouvoir d’ordonner la démolition d’un bâtiment lorsqu’il y a un danger pour la sécurité et l’intégrité des personnes.

En raison du sérieux de la situation, le propriétaire plaide l’urgence d’agir en affirmant notamment qu’il a le droit d’obtenir une telle ordonnance de démolition.

Ne pas l’émettre ne ferait qu’augmenter les risques «qu’un malheureux accident survienne».

Les experts recommandent de sécuriser immédiatement cette partie de la structure ou de condamner l’accès situé sous elle.
Photo courtoisie
Les experts recommandent de sécuriser immédiatement cette partie de la structure ou de condamner l’accès situé sous elle.

«Danger mortel»

Son propre rapport d’expertise fait état d’un important risque d’affaissement de la structure du clocher de l’église, qui en cas de chute, pourrait blesser sérieusement des personnes se trouvant à proximité, voire causer leur mort.

Le document de 20 pages obtenu par Le Journal précise aussi que la compagnie d’assurance a pris la décision, le 10 mai dernier, de résilier sur-le-champ la police en responsabilité civile en raison de «l’instabilité de la structure et de l’insécurité publique de l’église».

Le propriétaire répète que la démolition est le seul remède envisageable et que des réparations sont inutiles puisque la démolition est inévitable.

La valeur de l’église est aujourd’hui estimée à 2 $, alors que le propriétaire a payé 1,6 M$ en 2010 d’après l’acte de vente.

Des glaces résultant de l’inondation étaient toujours présentes au sous-sol lors du passage des experts le 17 avril.
Photo courtoisie
Des glaces résultant de l’inondation étaient toujours présentes au sous-sol lors du passage des experts le 17 avril.

La Ville en désaccord

Le 3 mai, la Ville de Québec a réfuté les affirmations alarmantes du propriétaire sur l’état du bâtiment.

«Nos pompiers sont allés pour faire une vérification et ils nous ont confirmé que le bâtiment n’était pas dangereux», avait expliqué Marie-Josée Savard, vice-présidente du comité exécutif et responsable de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme.

Le propriétaire de l’église tient l’administration municipale responsable d’un important dégât d’eau au sous-sol qui aurait affecté la solidité de la structure.

L’immeuble fait l’objet d’un désaccord depuis plusieurs années entre le promoteur, qui veut construire une tour à condos, et la Ville, qui cherche à préserver l’église.