/news/provincial
Navigation

La fermeture du Marché du Vieux-Port contestée par François Marchand

L’avocat François Marchand s’adresse aux tribunaux

François Marchand a tenu un point de presse lundi, devant le Marché du Vieux-Port.
Photo Stevens LeBlanc François Marchand a tenu un point de presse lundi, devant le Marché du Vieux-Port.

Coup d'oeil sur cet article

L’avocat et opposant à l’administration municipale, François Marchand, s’est adressé à la Cour supérieure pour contester la fermeture imminente et « illégale » du Marché du Vieux-Port.

C’est ce que le spécialiste en droit municipal a fait savoir lundi matin lors d’un point de presse. « Le Marché du Vieux-Port marche bien et j’entends tout faire pour qu’il puisse se maintenir et prospérer », écrit Me Marchand.

Ce dernier rappelle que le gouvernement fédéral a cédé à la Ville de Québec les terrains du Marché du Vieux-Port, en 2012, pour 1 $ symbolique, « aux seules fins de l’aménagement d’un marché public, d’un parc de détente et d’un jardin floral ».

François Marchand a tenu un point de presse lundi, devant le Marché du Vieux-Port.
Photo Stevens LeBlanc

Or, selon lui, le projet de marché satellite, qui doit occuper l’emplacement de l’actuel marché sur à peine 10 % de sa superficie, « ne respecte pas les obligations de la Ville à maintenir dans le Vieux-Québec un véritable marché public ».

Démolition illégale ?

Une « conférence de gestion » réunira les avocats de toutes les parties le 31 mai prochain. À ce moment-là, Me Marchand demandera « une mesure conservatoire » pour s’assurer que la Ville ne procède pas à la démolition.

L’avocat pense également que la Municipalité contrevient à ses propres règlements selon lesquels la démolition d’un tel immeuble, situé dans l’arrondissement historique du Vieux-Québec, doit être d’abord avalisée par la Commission d’urbanisme et de conservation de Québec.

François Marchand a tenu un point de presse lundi, devant le Marché du Vieux-Port.
Photo Stevens LeBlanc

La démolition du Marché du Vieux-Port et les travaux pour le transformer en marché satellite au futur Grand Marché doivent se faire à partir de la mi-juin. Le marché satellite doit ouvrir à la fin juillet. Or, Me Marchand dit fortement douter de cet échéancier.

De façon plus générale, l’avocat affirme lancer « un cri du cœur pour le Vieux-Québec qui se porte bien mal ».

M. Marchand est membre en règle de Démocratie Québec (DQ). En 2017, il avait tenté de se porter candidat à la mairie, mais il avait perdu – de justesse – lors de la course à la chefferie de DQ contre Anne Guérette.

Comme l’affaire se retrouvera devant les tribunaux, Paul-Christian Nolin, attaché de presse du maire Labeaume, a indiqué que la Ville de Québec ne réagira pas. Invoquant les mêmes raisons, Daniel Tremblay, directeur général de la Coopérative des horticulteurs de Québec, n’a pas non plus voulu faire de commentaires.