/news/politics
Navigation

Meurtres commis en public: la ministre Guilbault inquiète

Meurtres commis en public: la ministre Guilbault inquiète
Photo Jean-François Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

La série de meurtres survenus au cours des neuf derniers jours dans la grande région de Montréal inquiète la ministre de la Sécurité publique et vice-première ministre du Québec, Geneviève Guilbault.

«Je suis estomaquée de ce qui s’est produit dans ces évènements-là, notamment au Sheraton», a-t-elle mentionné en marge d’un point de presse, lundi.

Le 4 mai dernier, Salvatore Scoppa, associé à la mafia italienne, a été tué devant les clients de l’hôtel Sheraton de Laval lors d’une fête familiale.

Tout comme l’assassinat de M. Scoppa, le meurtre d’Éric-Francis De Souza, commis vendredi soir dernier, s’est produit en public et avait toutes les apparences d’un règlement de compte. L’homme qui avait des antécédents criminels était attablé à la Pizzeria Sofia lorsqu’un homme cagoulé a fait irruption dans le commerce pour l’abattre.

«Je m’inquiète du fait que, si des évènements comme ça se produisent, des victimes innocentes qui n’ont rien à voir avec le crime organisé pourraient éventuellement faire les frais de ce genre de situation», a-t-elle ajouté.

À ces deux meurtres s’ajoutent ceux du 8 mai, à Repentigny, et du 12 mai, à Terrebonne. Dans les deux cas, les victimes ont été abattues devant leur résidence, en plein cœur de quartiers résidentiels.

Une «priorité»

Pour la ministre Guilbault, la lutte contre le crime organisé est une priorité pour le gouvernement, surtout à la lumière des évènements des derniers jours. «Les moyens seront à la hauteur de la situation», a-t-elle assuré.

«La Sûreté du Québec coordonne l’ensemble de la lutte contre le crime organisée au Québec, en collaboration avec les principaux corps de police municipaux», a-t-elle ajouté.

Mme Guilbault a salué la «proactivité» de certains corps de police dans leurs efforts pour contrer le crime organisé. La police de Laval a annoncé lundi matin son intention d’augmenter la présence des policiers dans les lieux fréquentés par les membres du crime organisé, dans le cadre du projet Répercussion.