/entertainment/music
Navigation

Un nouveau Leloup «guitare-voix» le 24 mai

Jean Leloup
Photo courtoisie Jean Leloup

Coup d'oeil sur cet article

Les amateurs de Jean Leloup ont eu toute une surprise, lundi matin. Sorti de nulle part, l’énigmatique auteur-compositeur a dévoilé deux nouvelles chansons, L’oiseau-vitre et Rosier-douleur, qui se retrouveront sur son album, L’étrange pays, dont la sortie est prévue pour le 24 mai prochain.

Le disque sera « guitare-voix » avec des pièces « jouées live dehors, garanties 100 % non formatées », a indiqué le chanteur dans un communiqué. Déjà, à l’écoute des deux nouvelles pièces, on comprend dans quelle direction a voulu aller le roi Ponpon.

Du pur Leloup

Dans L’oiseau-vitre, Leloup apparaît tout en verve, racontant l’histoire d’un oiseau qui se bute à une fenêtre. « Frappe la vitre, si l’oiseau est affolé, ouvre la cage en grand », chante-t-il. Le morceau de moins de trois minutes est du pur Leloup, mêlant habilement les couplets saccadés avec le refrain mélodique plus entraînant.

De son côté, Rosier-douleur s’amorce avec une longue et très belle introduction à la guitare de 50 secondes. Cette fois-ci, Leloup s’imagine des rosiers géants qu’il est sûr d’avoir déjà vus dans sa vie. « Ils mesuraient trois fois la hauteur d’un humain. » La très courte pièce – elle ne dure que deux minutes et 18 secondes – aurait sans doute été encore meilleure si elle avait été plus longue.

C’est dans le plus grand secret que Jean Leloup a travaillé sur ce nouvel album, lors des trois dernières années. Le disque arrive quatre ans après l’acclamé À Paradis City. Il paraît sous l’étiquette Grosse Boîte (Cœur de pirate, Les sœurs Boulay).

L’étrange pays a été enregistré un peu partout, entre « une montagne dans Charlevoix, un chalet en bois rond, des chambres d’hôtel des aéroports et une maison au bord d’une falaise au Costa Rica », écrit Leloup.