/news/provincial
Navigation

[PHOTOS] «Un wake-up call» nécessaire à Québec concernant les traverses pour piétons

La Ville de Québec dit qu’il faut en faire plus pour les piétons

[PHOTOS] «Un wake-up call» nécessaire à Québec concernant les traverses pour piétons
Photo Jean-François Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Québec estime qu’il faut «un wake-up call» pour plus de civisme de la part des automobilistes envers les piétons.

[PHOTOS] «Un wake-up call» nécessaire à Québec concernant les traverses pour piétons
Photo Jean-François Desgagnés

 

Le conseiller responsable de la sécurité routière à la Ville de Québec, Patrick Voyer, convient qu’il faut en faire plus pour accroître la sécurité des piétons. Le Journal révélait mardi que les policiers de Québec et de Lévis remettent un très faible nombre de contraventions aux automobilistes qui ne respectent pas les traverses piétonnières. À Lévis, c’est particulièrement flagrant avec seulement 4 infractions signalées en 12 ans.

[PHOTOS] «Un wake-up call» nécessaire à Québec concernant les traverses pour piétons
Photo Jean-François Desgagnés

 

«Il faut en faire plus, j’en conviens», a indiqué M. Voyer. «Il va falloir augmenter la sensibilisation et faire un wake-up call pour que le monde prenne ses responsabilités. Et la présence policière, on va en faire plus.» Ce sera un des axes de la prochaine stratégie de sécurité routière.

[PHOTOS] «Un wake-up call» nécessaire à Québec concernant les traverses pour piétons
Photo Jean-François Desgagnés

 

Quant aux véhicules de police qui passent devant les piétons à la traverse, «ça ne devrait pas arriver», admet-il. Il demandera au chef de refaire de la sensibilisation auprès de ses agents.

[PHOTOS] «Un wake-up call» nécessaire à Québec concernant les traverses pour piétons
Photo Jean-François Desgagnés

 

La Ville de Lévis n’a pas été en mesure mardi de répondre à nos questions.

[PHOTOS] «Un wake-up call» nécessaire à Québec concernant les traverses pour piétons
Photo Jean-François Desgagnés

 

Les piétons sont «les derniers oubliés», alors qu’ils devraient être au cœur de la réflexion de l’aménagement de la ville, constate Étienne Grandmont, directeur général d’Accès Transports viables (ATV), qui a été «estomaqué» par le «très, très bas» nombre de contravention émises à Lévis.

 «À la fin est-ce qu’on fait tout ce qu’il faut pour rendre les déplacements des piétons conviviaux et sécuritaires? La réponse, c’est non.» Il note que dans son plus récent bilan routier, la SAAQ a révélé que le nombre d’accidents impliquant des piétons stagne depuis 10 ans.

Les automobilistes devraient tous savoir que les piétons ont priorité aux passages marqués, mais encore aujourd’hui, ce n’est pas le cas, constate M. Grandmont et ce n’est «pas normal». 

C’est bien que les élus prennent position publiquement, mais après, «il faut que les bottines suivent les babines». ATV a lancé sa propre campagne de sensibilisation avec entre autres la vente d’un autocollant à apposer à l’arrière de la voiture et qui dit : «Ce véhicule s’arrête aux passages pour piétons». Mais il faut aussi des campagnes de sensibilisation à l’échelle de la ville, avec prévention et répression, estime l’organisme.

La parole aux piétons:

« J’étais sur Grande-Allée juste avant la porte Saint-Louis récemment et j’ai encore vu deux automobilistes passer à deux doigts de frapper des touristes qui traversaient à un passage piétons. Les voitures n'ont jamais ralenti, ce qui frôle le comportement criminel. Les pauvres touristes se regardaient en se demandant pourquoi les voitures ne s’étaient pas arrêtées alors qu’ils traversaient à un passage pour piétons... c’était franchement gênant à regarder» 

– Bruno Falardeau 

« J’ai signalé cette situation à la SAAQ, que les autos ne s’arrêtent pas, que personne connaît cet article du Code, que même les policiers ne s’arrêtent pas et la réponse fut que nul n’est censé ignorer la loi. Un automobiliste a même accéléré pour me faire peur en me criant qu’il avait la priorité!»

– Jean Bourassa

« Mes enfants fréquentent l’école Le Ruisselet, à l’Ancienne-Lorette. Ils doivent traverser la rue St-Olivier, en utilisant un passage piétonnier. Souvent, c’est difficile pour eux de traverser puisque la majorité des automobilistes ne s’arrêtent pas. Il y a d’autres comportements à déplorer, dont des véhicules stationnés directement sur le passage piétonnier. »

— Guillaume Paradis

«Dans certaines villes comme Victoriaville, les automobilistes arrêtent. Nous autres, c’est « ôte-toi de là ». Il y a eu un manque à Québec. Ça fait 20 ans que je le dis. Sur Hochelaga, pour passer le temps, je compte les voitures qui passent devant moi au passage piétonnier et je me rends facilement à 30.»

— Gaston Cloutier