/news/transports
Navigation

Assemblée nationale: front commun raté pour le tramway de Québec

Assemblée nationale: front commun raté pour le tramway de Québec
Photo Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

Les partis d’opposition ont échoué dans leur tentative de faire front commun pour assurer la réalisation du réseau structurant de transport en commun à Québec.

Les médias avaient été convoqués en fin de journée hier à un point de presse qui devait réunir ce matin la solidaire Catherine Dorion, le libéral Sébastien Proulx et le chef parlementaire péquiste Pascal Bérubé, en plus de représentants de gens d’affaires, du milieu communautaire et d’étudiants.

Or le Parti québécois s’est finalement désisté, après avoir pris connaissance d’une vidéo dans laquelle la députée solidaire Catherine Dorion accuse la CAQ de vouloir « aider ses amis du Parti conservateur à Ottawa à se faire élire ».

« Eille, c’est quoi l’esti de crisse de niaisage de marde, peut-on entendre de la bouche de la députée de Taschereau, qui s’adresse au premier ministre dans sa vidéo diffusée sur les réseaux sociaux. [...] François Legault, c’est quoi la vraie raison pourquoi tu bloques ça? [...] Arrête de dire que c’est la faute d’Ottawa quand l’argent est toute là, il est toute prêt. »

Un vidéo qui ne passe pas

« C’est peut-être un vidéo de trop », a commenté M. Bérubé en marge du point de presse auquel il n’a finalement pas participé.

« Je ne peux pas m’associer à ça, a-t-il expliqué. [...] Ce n’est pas vrai qu’on va aller dire que Justin Trudeau a raison, puis "vous pouvez compter sur nous-là : nous, le Parti libéral puis Québec solidaire, on va faire la job pour vous". Oh que non, c’est mal me connaître et c’est mal connaître le Parti québécois. »

Lors de la période des questions, M. Bérubé s’est engagé à appuyer le gouvernement dans sa bataille visant à revoir les critères du programme fédéral qui ne laissent que 400 M$ pour le projet de tramway.

Le chef intérimaire, Pascal Bérubé
Photo Stevens LeBlanc
Le chef intérimaire, Pascal Bérubé

Sa position rejoint aussi celle de la députée indépendante Catherine Fournier, qui dans une réplique à la vidéo de Mme Dorion, se dit « renversée » de la « position aplaventriste » de Québec solidaire vis-à-vis le gouvernement canadien.

« Vous pourriez dire ça si j'avais juste parlé aux libéraux fédéraux, si j'avais juste repris leur truc. Mais, je vous le répète, j'ai parlé à tout le monde puis j'ai regardé tout ce qu'il y avait sur le truc », s’est défendue en point de presse Mme Dorion.

« Le niaisage, c'est fini, a tenté de résumer à son tour le leader parlementaire libéral, Sébastien Proulx. Le projet, il doit se réaliser. Il faut assurer son financement, Il faut arrêter de parler de phases pour le financer. »

 

Assemblée nationale: front commun raté pour le tramway de Québec
Photo Stevens LeBlanc

Distances

Le député libéral de Jean-Talon a toutefois senti le besoin de se distancier de propos tenus par Mme Dorion, qui suspecte les animateurs de radio de Québec d’être contre le projet de tramway pour mieux continuer à « vendre leurs pubs aux auditeurs ».

Après le point de presse, l’un des participants, Alexandre Turgeon, du Conseil régional de l’environnement de la capitale nationale, a tenu également à émettre certains bémols, après que Mme Dorion eut laissé entendre que le projet de tramway est « stallé » en raison des gestes posés par la CAQ.

« J’ai l’impression que j’aurais pu être davantage derrière Pascal Bérubé ce matin que derrière les deux autres, a dit M. Turgeon.  [...] Tous les messages sur "le gouvernement du Québec veut mettre les brakes sur le projet ", "ne s’engage pas assez"... on n’est pas là. [...] Nous, on considère que le financement doit être confirmé sur l’ensemble du projet. »

Lors de la période des questions au Salon bleu, le chef caquiste a dénoncé lui aussi l’alliance entre Québec solidaire et les libéraux dans le dossier du projet de tramway.

« Il semble que Québec solidaire et le Parti libéral ont baissé les bras devant le gouvernement fédéral », a déclaré M. Legault.

L’échéancier sera respecté

« Il faut être très clair : le projet, il va se faire, l’échéancier va être respecté puis on y travaille avec la Ville », a indiqué pour sa part le président du Conseil du trésor, Christian Dubé.

Il a rappelé que son collègue aux Transports, François Bonnardel, a annoncé qu’un projet de loi serait bientôt déposé pour faire de la Ville de Québec le maître d’œuvre du réseau structurant. « Ce que j’ai su, c’est qu’on est prêt à adopter ce projet de loi-là, a dit M. Dubé. [...] Puis après ça, les autres étapes... Il ne faut pas oublier qu’il y a le BAPE, et tout ça. »

Pour ce qui est de la querelle qui se poursuit avec Ottawa, « en ce moment, ce n’est pas le financement qui retarde » la réalisation du réseau structurant, selon M. Dubé.

« Vous vous souvenez que j’étais impliqué dans un autre projet de transport collectif dans mon autre vie... J’ai vu le même film avec le fédéral, et ça n’a pas retardé le projeté », a-t-il souligné, en faisant référence au projet de Réseau express métropolitain (REM), sur lequel il a travaillé lorsqu’il était vice-président de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.