/news/consumer
Navigation

La guerre États-Unis–Chine profitable ici

Les prix de plusieurs produits pourraient baisser au Canada quand ces deux pays voudront écouler leurs surplus

Coup d'oeil sur cet article

La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine pourrait bénéficier aux consommateurs québécois lorsque les deux superpuissances chercheront d’autres marchés où écouler leurs surplus de stocks.

C’est un des impacts à court terme appréhendé sur le marché québécois de l’escalade des tarifs douaniers entre les deux pays, selon plusieurs experts consultés.

Lundi, la Chine a annoncé qu’elle allait augmenter ses droits de douane sur des produits américains représentant 60 milliards de dollars d’importations annuelles. Cette mesure a été prise en représailles aux tarifs douaniers imposés quelques jours plus tôt par les États-Unis sur près de 200 milliards de biens importés de la Chine.

Le président Donald Trump a déjà avancé que le gouvernement américain pourrait acheter le soja non vendu à la Chine grâce à l’argent récolté par le biais des droits de douane « massifs » payés par les importateurs.

Cette situation risque d’entraîner des surplus de marchandises dans les deux pays, qui vont donc se tourner vers d’autres marchés pour les exporter, y compris vers le Canada, explique le professeur au département d’affaires internationales de HEC Montréal, Ari Van Assche.

Hausse énorme

« Une augmentation des tarifs de 10 à 25 % sur les produits chinois importés, c’est énorme. Donc, les producteurs chinois qui ont surproduit essaient de trouver des acheteurs ailleurs dans le monde. Ce ne sont pas tous les produits qui vont venir au Canada, mais les prix devraient diminuer », estime-t-il.

Cette situation pourrait toutefois nuire aux producteurs locaux. L’arrivée sur le marché de biens des États-Unis ou de la Chine produits à grande échelle et donc à coût moindre pourrait leur couper l’herbe sous le pied, ajoute M. Van Assche.

Mais à long terme, il pourrait être plus dispendieux d’acheter des produits en provenance de la Chine, comme la machinerie agricole, ce qui pourrait avoir comme effet d’augmenter le prix des aliments, indique le président de la section Québec du Conseil canadien de commerce au détail, Marc Fortin.

Des impacts concrets ici

Produits du soya

Photo Fotolia

Les États-Unis pourraient se tourner vers le Canada pour écouler leurs surplus qu’ils ne pourront plus livrer en Chine, ce qui entraînerait une baisse des prix de cette matière qui entre dans la confection de nombreux aliments, estime le professeur Ari Van Assche.

Le porc

Photo Fotolia

Le prix du porc pourrait être appelé à baisser étant donné les surplus aux États-Unis qui ne pourront plus être écoulés en Chine. Mais le prix de cette viande a déjà connu une hausse marquée puisque l’Empire du Milieu en est un grand importateur. Le pays est aussi aux prises avec une épidémie de peste porcine africaine qui a pour effet d’y réduire les stocks, explique le professeur de l’Université Laval Bruno Larue.

Biens de consommation

Photo Fotolia

Les vêtements, les souliers ainsi que l’acier et l’aluminium achetés pour être transformés ici pourraient coûter moins cher sur les marchés internationaux étant donné les surplus, estime le président de la section Québec du Conseil canadien du commerce de détail, Marc Fortin.

Photo Fotolia